LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Pays-de-la-Loire veut devenir une terre d’hydrogène

Hydrogène

Le conseil régional confirme son plan de développement de l’hydrogène à 100 millions d’euros d’ici 2030. Une deuxième station a été inaugurée à Bouin (Vendée).

Rimg0
Pose de la première pierre du site de Lyhfe à Bouin avec Christelle Morançais (veste rouge) © Lhyfe

La présidente du conseil régional des Pays-de-la-Loire, Christelle Morançais, a confirmé le 25 septembre que sa collectivité investirait 100 millions d’euros, d’ici vingt ans, dans le développement de l’hydrogène. L’annonce initiale avait été faite dans le cadre du vote d’un plan de relance régional de 332 millions d'euros, les 9 et 10 juillet derniers. « Nous voulons devenir la première région de France en la matière et l’une des toutes premières en matière de production d’énergie renouvelable » ambitionne l’élue, alors que le gouvernement a rendu publique à la rentrée une nouvelle stratégie nationale pour l’hydrogène décarboné (7 milliards d’euros pour 6,5 GW d’électrolyseurs installés d’ici 2030).

Concrètement, 15 stations de production et/ou de distribution d’hydrogène décarboné (et non gris, produit à partir d’énergies fossiles) doivent être implantées grâce à 12 millions d’euros d’investissements d’ici 2030. Un premier site a par exemple été ouvert sur le circuit des 24 heures du Mans cet été. La matière végétale des plans de chanvre doit permettre, à termes, de l’alimenter en hydrogène vert – une technologie développée par la PME sarthoise Qairos Énergies. Une autre station ouvrira à La Roche-sur-Yon en 2021, puis toujours aux Sables-d'Olonne, Challans et Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Mais le projet phare est bien celui de la start-up Lhyfe à Bouin (en Vendée toujours), dont la première pierre a été posée il y a quelques jours. D’ici neuf mois, verront le jour 700 m² dédiés à la production d’hydrogène vert renouvelable, en connexion avec un champ de huit éoliennes déjà édifié. Plus 200 m² pour des bureaux de recherche et développement sur la production d'hydrogène offshore. « Nous serons les premiers en Europe à produire de l’hydrogène propre à l’échelle industrielle » clame son p-dg et fondateur Matthieu Guesné.

Côté R&D justement, la région Pays-de-la-Loire, souhaite y dédier 38 millions d’euros, notamment pour la reconversion du Grand port maritime de Nantes-Saint-Nazaire, plus 17 millions consacrés aux transports à hydrogène. Une filière privé-public, sélectionnée par l’Ademe, se tisse déjà du Mans à l’Atlantique sous le nom H2Ouest. Mais la collectivité aidera, de son côté, à l’acquisition de 500 véhicules et veut expérimenter le car à hydrogène sur le réseau Aléop, le TER hydrogène sur le réseau SNCF, et des bateaux à hydrogène pour la desserte de l’île d’Yeu - une solution déjà envisagée dans le golfe du Morbihan.

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
EnvironPro Grand Ouest
Du 8 au 10 décembre 2020
Assises Européennes de la Transition Energétique
Du 12 au 14 janvier 2021
La Tournée à Malaunay
Le 9 février 2021