LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Une desserte à l’hydrogène des îles du golfe du Morbihan ?

Hydrogène

L’entreprise nantaise Europe Technologies a lancé il y a quatre mois son projet à 15 millions d’euros nommé Hylias, avec notamment comme partenaires le syndicat Morbihan Énergies et la région Bretagne.

Rimg0
Vue aérienne du golfe du Morbihan © Alexandre Lamoureux

En 2023, il sera (normalement) possible de voguer entre la cinquantaine d’îles du golfe du Morbihan, en bateau à propulsion hydrogène où gaz naturel liquéfié. C’est en tout cas le sens du projet à 15 millions d’euros Hylias, pour HYdrogen for Land, Integrated renewables And Sea, lancé il y a quatre mois. En pratique il s’agit de la mise en service dans trois ans d’un bateau de 150 à 200 passagers, à propulsion hydrogène électrique verte pour une puissance de 400 à 600 kilowatts sur deux lignes d’arbre. « C’est un navire de moins de 24 mètres de long avec un peu d’emports, les vélos et les bagages notamment. Il sera fait pour la desserte des îles du golfe », annote François Lefebvre, directeur développement hydrogène d’Europe Technologies (400 salariés, 65 millions d’euros de chiffre d’affaires).

Aujourd’hui les îles d’Arz et aux Moines, les plus peuplées, sont desservies par des bateaux à propulsion classique, au fioul. Hylias, coordonné par cette entreprise de Carquefou, à côté de Nantes, ambitionne de monter une véritable chaîne de production et de consommation d’hydrogène vert sur le territoire vannetais. C’est-à-dire du photovoltaïque, couplé éventuellement à des hydroliennes qui seraient installées dans l’eau à proximité – ce qui est encore en discussion. Le tout alimentera un électrolyseur d’une puissance de 1,5 mégawatt pour une quantité produite de 600 à 800 kilos (objectif : de 6 à 8 euros le kilo) tandis qu'une station à hydrogène sera installée dans le port de Vannes.

 

25 structures impliquées

Pour François Lefebvre, « c’est la création d’un vrai écosystème local vertueux. Si on venait voir un armateur avec simplement un navire, on se trompait de sujet. Car sur un territoire très limité de quelques kilomètres ou d’un département, on peut construire toute la chaîne de valeur ». À l’échelle mondiale, la molécule est pour l’instant obtenue à 96 % à partir d’énergies fossiles – on l’appelle alors hydrogène gris. Précisément, 25 structures, privées et publiques, sont impliquées aujourd’hui dans Hylias, qui a notamment le soutien de la ville de Vannes, de Golfe du Morbihan - Vannes agglomération ou encore du syndicat Morbihan énergies et de la région Bretagne. Une société de projet (SPV) ou une société d’économie mixte (SEM) doit être créée à termes pour la partie terrestre ; l’incertitude demeurant pour la partie maritime.

Alors que les études préparatoires vont durer un an, François Lefebvre s’affiche très confiant : « Pour nous ce bateau, ça n’est pas un prototype, mais un premier de série, inédit à l’échelle européenne et internationale. Le potentiel est énorme avec la généralisation à venir de cet usage de l’hydrogène. »

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
RuraliTIC
Du 25 au 27 août 2020
Big Data Paris
Du 14 au 15 septembre 2020
Hub cities summit 2020
Le 15 septembre 2020