LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

"Mon compte mobilité" testé par Mulhouse et l’IDF pour favoriser les mobilités douces

Mobility as a Service

Inciter les citoyens à utiliser des modes de transports plus doux, en simplifiant les démarches pour accéder aux aides des entreprises et des collectivités. Voilà le grand principe de l’outil "Mon compte mobilité" mis au point par le Ministère des transports. L’agglomération de Mulhouse et l’Île de France sont les premières à expérimenter cette solution.

Rimg0

« Un couteau suisse des mobilités dans sa poche », c’est ainsi que l’agglomération de Mulhouse présente les outils mis à la disposition de ses habitants. La collectivité s’est déjà équipée d’une application Maas (mobility as a service) qui concentre la majorité des modes de transports publics et privés. « Vélos, bus, autopartage », énumère Laura Brun, responsable matériel roulant et infrastructures. Pour continuer à faciliter la vie des usagers, l’agglomération de l’Est, tout comme l’Île de France, s’est portée volontaire pour expérimenter le nouveau service Mon compte mobilité, déployé par le ministère des Transports. L’enjeu : aider les citoyens à privilégier les mobilités plus durables.

 

A Mulhouse, Mon compte mobilité se greffe ainsi à l’application Maas et permet aux utilisateurs d’identifier les aides mises à disposition en fonction du mode de transport choisi mais également de faciliter l’accès à ces aides. « Si une municipalité met en place la prise en charge de 50 % des vélos à assistance électrique pour ses habitants, ils pourront faire les démarches, via la plateforme », précise Laura Brun. La loi impose par exemple aux entreprises de prendre en charge 50 % de l’abonnement de transport en commun de leur salarié. Mais un nouveau forfait vient de voir le jour, le Forfait mobilité durable, qui n’inclut plus seulement les transports en commun mais aussi les vélos en libre service ou l’autopartage. Via « Mon Compte mobilité », les salariés pourront ainsi envoyer leurs justificatifs à leur employeur afin de bénéficier de ces aides.

 

« Faire évoluer les habitudes des Français »

« L’objectif est de faire évoluer les habitudes des Français dans leurs déplacements urbains et périurbains. L’expérimentation repose sur deux piliers de la mobilité durable : les déplacements via les modes de transports « doux » comme le vélo, et un usage de la voiture limitant l’impact énergétique tels que la voiture électrique, le covoiturage, l’autopartage ou les véhicules en libre-service », précise le Ministère chargé des transports.

 

Pour les collectivités et les entreprises, cet outil permettra de tout centraliser sur une même plateforme. Et de collecter de la donnée. « Cela va nous permettre de connaître l’incidence des aides sur la mobilité », estime Laura Brun, à Mulhouse. Pour la collectivité, cet outil permettra donc de privilégier certaines offres afin de développer les mobilités douces. « L’idée est également de créer des ponts entre les différents modes de transports et les acteurs présents sur notre territoire comme Citiz qui déploie un service d’autopartage ou Klaxit, avec qui nous allons expérimenter le covoiturage », poursuit la responsable du matériel roulant.

 

Faciliter l’utilisation des subventions

« Le projet a vocation à faciliter l’utilisation des subventions allouées par les collectivités ou les entreprises dans le cadre de leur plan de mobilité », confirme le Ministère des Transports. Dans un contexte où l’offre est de plus en plus étendue, Florian Maitre, vice-président du groupement des autorités responsables de transport, considère qu’il s’agit « d’une brique indispensable à la simplification du parcours client. Les autorités organisatrices de la mobilité sont les seuls tiers de confiance en capacité de faire émerger des MaaS combinant des modes et des services publics et privés. »

 

L’outil, financé dans le cadre de l’appel à programmes des Certificats d’Economies d’Energie (CEE) lancé par le ministère des Transports, est actuellement en cours de développement. L’expérimentation devrait démarrer au premier semestre 2022 pour dresser un premier bilan en fin d’année prochaine.

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Ruralitic
Du 23 au 25 août 2022
RUGGEDISED la conférence finale
Le 6 septembre 2022
Tournée de la Transition Energétique - Clermont Ferrand
Le 13 septembre 2022