LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Qu’est-ce que le label « Ville Cyber Responsable » ?

Cybersécurité

Début 2022, plusieurs dizaines de collectivités pourraient arborer le label « Ville Cyber Responsable » récompensant leur démarche de cyberprotection du territoire. Portée par la gendarmerie nationale, Cybermalveillance.gouv.fr et l’Alliance pour la Confiance Numérique (ACN), cette distinction s’adresse à toute collectivité s’engageant à mener un plan d’action de cybersécurité, qu’elle soit débutante ou confirmée. Explications.

Rimg0
De gauche à droite : Edouard Jeanson, vice-président de l’ACN - Jérôme Notin, Directeur Générale du GIP Acyma - le général Marc Bodet de la Gendarmerie Nationale et Mathieu Isaia, dirigeant de la société de TheGreenBow.

Valoriser l’engagement des maires dans leur démarche de cyberprotection. Et au passage : améliorer la qualité de vie des administrés et développer l’attractivité du territoire. Tels sont les principaux objectifs du « Label Ville Cyber Responsable », nouvelle distinction dévoilée le 14 octobre dernier à l’occasion des Assises de la cybersécurité de Monaco. « C’est un peu comme le label des "villes et villages fleuris". L’idée est de récompenser les collectivités qui s’engagent dans une démarche autour de la cybersécurité dans leur territoire. Il n’est pas nécessaire d’être bon au départ. Nous labellisons un engagement », a résumé Mathieu Isaia, dirigeant de la société de TheGreenBow. Il présentait ce label aux côtés de l’ACN (Alliance pour la Confiance Numérique – principale association d’entreprises du secteur de la cybersécurité), du GIP Acyma (Cybermalveillance.gouv.fr) et du ComCyberGend (la force de frappe cyber de la gendarmerie).


« Il ne s’agit pas que d’une distinction. Le dispositif intègre également un accompagnement à destination des collectivités qui souhaitent lancer une démarche de cyberprotection ou qui veulent encore progresser dans ce domaine », a précisé Jérôme Notin, Directeur Générale du GIP Acyma. « Nous allons venir en appui de la collectivité en leur donnant des conseils et des recommandations pour mettre le pied à l’étrier », a poursuivi le général Marc Bodet, au commandement du ComCyberGend. Quant aux offreurs de solutions de cybersécurité : « Ce label est l’occasion de renforcer nos échanges avec les collectivités pour qu’elles puissent davantage exprimer leurs besoins. Cela nous permettra de développer des solutions plus adaptées à leur secteur », a souligné Edouard Jeanson, vice-président de l’ACN.

 


Avoir nommé un « cyber champion » ou « cyber héro »


Comment obtenir ce label ? La ville doit répondre à quatre critères. Le premier : avoir nommé un « cyber champion » ou « cyber héro », c’est-à-dire une personne qui va être en charge du projet de labellisation. « Ce ne doit pas être le maire, ni le DSI ou le RSSI, mais plutôt un agent ou même un administré qui aura un certain recul sur le sujet », a précisé Mathieu Isaia. Deuxième critère : avoir complété le questionnaire « Immunité Cyber » de la gendarmerie nationale. Comportant une dizaine de questions, ce questionnaire permet d’évaluer le niveau de cyberprotection de la collectivité afin d’en déduire des actions à mener. Il a été adressé en septembre dernier aux 30 000 adhérents de l’AMF, qui l’a co-développé avec cybermalveillance.gouv.fr et la gendarmerie nationale.


Troisième critère : avoir formalisé un plan d’actions cyber prévoyant, à minima, une campagne de sensibilisation ainsi que la mise en place d’actions correctives sur au moins deux points négatifs du questionnaire « Immunité Cyber » (s’ils existent bien entendu, ce qui est en général le cas sur la dizaine de questions). Enfin, les collectivités doivent payer une cotisation qui est de 20 euros pour une ville de 499 habitants. « L’obtention du label sera déclarative avec la fourniture de justificatifs attestant de l’engagement de la ville », précisent les trois partenaires.


Le dispositif ayant vocation à s’inscrire dans la durée et reposant sur le principe de l’« amélioration continue », un suivi sera effectué chaque année. Bien entendu, si le plan d’action n’est pas suivi de mesures concrètes, la ville pourra perdre son label.
Enfin, le label sera accompagné d’un événement annuel : les trophées des villes cyber responsables, dont la première édition doit se tenir dès le 17 novembre prochain à Rennes. Quant aux premières villes labellisées, elles devraient être connues en janvier 2022. Les trois partenaires s’attendent à labelliser plusieurs dizaines de collectivités pour la première année du dispositif.

 

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Ruralitic
Du 23 au 25 août 2022
RUGGEDISED la conférence finale
Le 6 septembre 2022
Tournée de la Transition Energétique - Clermont Ferrand
Le 13 septembre 2022