LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

La RATP acquiert Mappy pour devenir un leader français du MaaS

Multimodalité

La régie des transports parisiens s’offre le spécialiste français du calcul d’itinéraires afin de développer une nouvelle offre de MaaS (Mobility as a service). Face à des solutions étrangères telles que Google Maps, Waze ou Citymapper, la RATP joue la carte du "Made in France", et met en avant son expertise locale dans l’offre de transports et l’expérience voyageur.

Rimg0
© Eric Touzé / RATP

Le 1er novembre dernier, la RATP rachetait la société Mappy au groupe Solocal (ex-PagesJaunes) pour un montant non communiqué. Une opération dont l’objectif est clairement de positionner la régie des transports parisiens sur le marché très prometteur du MaaS (Mobility as a Service), considéré comme l’avenir de la mobilité du quotidien. Rappelons que le principe du MaaS est de fédérer plusieurs modes de transports sur une application mobile unique, intégrant notamment un calculateur d’itinéraire, de l’information voyageur et un système de paiement unifié.
« Les appels d’offres autour du MaaS se multiplient en France. Grâce au rachat de Mappy, nous allons pouvoir y répondre dès maintenant, confie Eric Alix, président de RATP Smart Systems, filiale dédiée aux digital et aux systèmes de transports intelligents (ITS). Notre ambition est de devenir un acteur incontournable du MaaS, d’abord en France puis à l’international. Le MaaS va devenir un axe majeur du développement de notre activité, en complément de nos solutions actuelles de billettique et de SAEIV (système d'aide à l'exploitation et à l'information voyageurs). » Reste que la concurrence s’annonce très rude sur ce nouveau marché du MaaS. En France, les concurrents de la RATP ont pris une légère avance, que la régie parisienne compte bien rattraper. Transdev a ainsi participé à la mise en place de plusieurs services MaaS, notamment à Mulhouse et Saint-Etienne. De son côté, la SNCF propose depuis juin 2019 son "Assistant SNCF", présenté comme « la première application nationale de MaaS ». Mais la concurrence vient surtout de l’étranger avec Google (Maps, Waze), Intel (Moovit) et le britannique Citymapper (lire notre dossier dans SCM n°34). C’est principalement face à ces acteurs anglo-saxons que la RATP avance des arguments auxquels pourraient être sensibles les AOM (Autorité Organisatrice de la Mobilité).

 

Une offre Made in France

« Nous proposons une offre 100% française, poursuit Eric Alix. La technologie est développée en France, par des acteurs de droit français qui bénéficient d’une solide expertise dans le fonctionnement local des territoires et de leurs servicesde mobilité ». Autre argument : « nous disposons d’une expérience reconnue en matière d’expérience utilisateur, du côté des applications RATP comme des services de calculateur d’itinéraires ou de guidage GPS de Mappy. Or, la qualité de l’expérience utilisateur sera la clé du succès des solutions MaaS ». La RATP et Mappy souligne également le haut niveau d’audience de leurs services numériques. Ceux de Mappy attirent plus de 12 millions d'utilisateurs mensuels et les applications de la RATP (calcul d’itinéraires, information voyageur, billettique) sont utilisés chaque mois par 8 millions d’usagers. « Ces audiences démontrent notre savoir-faire dans la mise à l’échelle des services. Cette capacité à atteindre une masse critique d’utilisateurs sera déterminante dans le développement des services MaaS ».
Enfin, la RATP et Mappy indiquent disposer d’un large panel de données de mobilité en France. Mappy référence 13 modes de transport (dont la voiture, les transports en commun, le car, le train, le vélo et la marche à pied), auprès de 25 opérateurs de mobilité. Et le service dispose de son propre système de cartographie, en alternative à Google Maps. De son côté, les services digitaux de la RATP couvrent l'ensemble du réseau de transports d'Île-de-France (Bus, Métro, RER, Tramway, Transilien …), mais aussi des offres de vélo en libre-service (Vélib’), de covoiturage (Klaxit) ou de location de scooter électriques (Cityscoot). « Notre offre a vocation à répondre à l’ensemble des formules du MaaS, de la simple information voyageur multimodale à la billettique unifiée. Elle sera proposée en tant que solution clé en main ou sous la forme de briques technologiques, en fonction des besoins et stratégie de chaque collectivité », conclut Eric Alix. 

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Pollutec Online
Du 1 au 4 décembre 2020
Future Days
Du 1 au 3 décembre 2020
Comment les territoires de confiance amorcent la transition vers la ville intelligente?
Le 3 décembre 2020