LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Plan de relance : 88 millions d’euros pour les projets numériques des territoires

Numérique

Amélie de Montchalin a détaillé le 23 octobre la stratégie du gouvernement pour accélérer la transformation numérique de l’État et des territoires. Au programme : 500 millions d’euros de crédits, dont 88 pour les collectivités. Parmi les objectifs : 250 démarches en ligne disponibles en 2022 et accessibles par 80 % de la population, y compris les personnes en situation d’handicap.

Rimg0
Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques

« L’administration ce n’est pas un guichet. Il n’y a pas que ce que l’usager voit, il faut aussi s’intéresser à ce qui se passe derrière, aux outils numériques des agents. Sinon c’est une dématérialisation de façade ». C’est par ces mots qu’Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, a présenté, vendredi 23 octobre, la stratégie de transformation numérique de l’État et des territoires. Une stratégie qui s’intègre dans le plan de relance de 100 milliards d’euros, dévoilé par Jean Castex en septembre dernier. Sur ces 100 milliards d’euros, 500 millions seront dédiés à « accélérer les projets numériques déjà existants des ministères », a précisé la ministre.Une autre enveloppe de 500 millions sera consacrée à la digitalisation des services de l’État et des territoires, dont 88 millions spécifiquement pour les collectivités. Des crédits qui seront disponibles à compter du 1er janvier prochain.
Quels usages pourront faire les collectivités de ces 88 millions d’euros ? Elles pourront les exploiter « soit parce qu’elles ont envie de déployer des solutions de l’État dans leurs propres systèmes, soit parce qu’elles ont vu dans une autre collectivité des choses qui fonctionnent bien, afin qu’elles puissent le répliquer chez elles, soit parce qu’elles veulent innover », a précisé Amélie de Montchalin. Il s’agira principalement de déployer des outils numériques à destination des citoyens mais aussi des agents. Des solutions de sécurité informatique seront également couvertes par ces crédits. « Il y a des enjeux de cybersécurité importants dans les collectivités locales », a souligné la ministre, alors que les cyberattaques se multiplient contre les administrations locales (région Grand Est, Besançon, Marseille…).


Un périmètre de projets numériquesqui reste à préciser

Au-vu de ces premiers éléments, l’enveloppe de 88 millions d’euros couvre pratiquement toutes les typologies de projets numériques des territoires, sauf a priori l’équipement en matériel informatique des agents ou le déploiement d’infrastructures. Un périmètre qui n’est cependant pas encore totalement arrêté. « Nous sommes en concertation avec les associations des maires, des régions, des départements et des collectivités, sur la manière d’organiser au mieux ces 88 millions pour qu’ils soient réellement efficaces et qu’ils fassent la différence », a précisé Amélie de Montchalin.
Sur les 412 autres millions d’euros dont dispose son ministère, 204 seront consacrés à la numérisation des démarches en ligne de l’État. L’objectif est d’atteindre 250 services numérisés d’ici 2022, contre 182 aujourd’hui, et de les rendre plus accessibles. « Seules 12 % des démarches en ligne sont accessibles aux personnes en situation de handicap. Notre objectif est d’atteindre les 80 % dans deux ans. C’est un énorme défi », a souligné Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre en charge des Personnes handicapées.
Ces 204 millions d’euros vont également service à développer le partage de données entre services et à « soutenir de projets et bonnes pratiques des territoires ». Sur ce dernier point, il s’agit de soutenir des solutions déployées dans les territoires par des services de l’État. La ministre a donné comme exemple la plate-forme de travail collaboratif Resana. Développée par la préfecture de Nouvelle Aquitaine, cette solution « marche très bien et nous déployons désormais partout en France ». Resana est aujourd’hui utilisée par une trentaine de préfectures.
Les 208 millions d’euros restants seront dédiés au développement de nouveaux outils numériques pour les agents de l’État, notamment pour « favoriser le télétravail et l’usage en mobilité », ainsi qu’à la formation au digital, a conclu Amélie de Montchalin. Outre les crédits du Plan de relance, la ministre a évoqué plusieurs bonnes pratiques en matière de projets numériques, qu’elle compte favoriser au niveau de l’État comme des collectivités. « Il faut que le numérique soit intégré dès le début des projets et non en fin de chaîne, sinon ce n’est pas efficace », a-t-elle souligné. Les outils doivent également être pensés en co-construction avec les agents et les usagers, grâce aux retours du terrain, notamment à l’échelle locale. « L’innovation vient de tout le pays, pas uniquement des ministères centraux à Paris ».
Un point sur l’avancée de cette transformation numérique de l’État et des territoires sera réalisé chaque trimestre. Le prochain devrait avoir lieu début 2021.

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
EnvironPro Grand Ouest
Du 8 au 10 décembre 2020
Assises Européennes de la Transition Energétique
Du 12 au 14 janvier 2021
La Tournée à Malaunay
Le 9 février 2021