LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Le numérique au service de la relocalisation en zone rurale ?

Smart village

En Auvergne-Rhône-Alpes, et plus spécifiquement dans le département du Cantal, le numérique est utilisé pour pérenniser le secteur agricole et attirer les industries nouvelles. Introspection lors du forum RuralTIC, qui a eu lieu à Aurillac du 25 au 27 août dernier.

Rimg0
© Yann Lecointre

25,35 habitants par km², soit le quatrième département le moins peuplé de France métropolitaine. Le Cantal n’est pas, à première vue, un lieu d’implantation idoine pour un projet digital innovant. C’est pourtant l’un des objectifs de l’incubateur Landestini, cofondé en 2019 par les (ex-)parisiens Fanny Agostini et Henri Landes. « Le numérique, quand on l’utilise bien, renforce l’activité humaine. Il peut même nous connecter à la nature en même qu’il nous connecte entre nous, pour créer une économie forte et résiliente » idéalise Henri Landes. À l’automne, débutera l’incubation de 11 projets innovants, pour 22 candidats, dans les champs de l'alimentation durable, de l’agriculture durable et de la préservation de la biodiversité. Selon Henri Landes « il est clairement plus facile de séduire plusieurs entrepreneurs en devenir qu’un seul ETI [établissement de taille intermédiaire, NDLR] de 200 salariés ».

 

« Le numérique pour révéler un territoire »

Là une application (Manger prêt de chez vous) qui permet de retrouver toutes les fermes qui vendent en direct sur un territoire, avec des fiches qualitatives très précises. Ici, des distributeurs automatiques de produits locaux, frais et donc plutôt sains (sans nom pour l’heure). « Comment on rend efficace cela en rivalisant avec des produits [agro-industriels] qui peuvent être stockés pendant des mois ? Le numérique permet de gérer la logistique, les commandes et la localisation. Ainsi, on peut révéler un territoire, ses produits et ses producteurs » poursuit Henri Landes. Le projet Landestini est soutenu financièrement par la région Auvergne-Rhône-Alpes, via le Feder et le département du Cantal.

Le président de ce dernier, Bruno Faure, pousse d’ailleurs pour la création d’un label "Coq vert" valorisant la French Agri (agriculture) à la manière du "Coq rose" de la French Tech (start-up) et du "Coq bleu" de la French Fab (industrie). « Il ne faut pas oublier que le monde agricole a toujours été en pointe sur l’utilisation de ces technologies, du contrôle de la production agricole aux aides de la PAC », rappelle l’élu. Le confinement a accéléré la mise en service d’Agrilocal pour pallier aux problèmes d’approvisionnement dans les supermarchés locaux. Cette plate-forme met directement en contact la restauration collective et les producteurs locaux. Selon Bruno Faure, « cela permet de gérer la qualité des produits et de créer une plus-value pour le consommateur au niveau local ».

 

L’équation de la compétitivité

« Pourquoi délocalise-on ? Majoritairement pour des questions de coût. Au niveau d’une région, on n’aura pas d’impact massif dessus. Pourquoi relocalise-on ? Majoritairement pour des questions de qualité et de délais et c’est là-dessus qu’on peut travailler » appuie Juliette Jarry, vice-présidente de la région Auvergne-Rhône-Alpes, déléguée aux infrastructures et à l’économie numérique. D’où la création, en 2017, d’un Campus Région du Numérique à Lyon, 200 kilomètres à l’est d’Aurillac. Ce lieu de formation, accueillant 900 apprenants dans 17 parcours, va déménager et s’agrandir, avec un pôle innovation et formation en janvier 2021. Chamatex, fabricant de chaussures de sport de haut niveau va, par exemple, s’y installer.

Des sociétés censément plus protégées de la mondialisation, mais qui cherchent aussi à… en profiter. « Relocaliser, ça reste un vœu pieux si les entreprises ne sont pas compétitives à l’échelle internationale » prévient Juliette Jarry. Après tout, le département du Cantal, abrite seulement 147 000 habitants. « C’est à la fois beaucoup comme population à nourrir et trop peu comme marché ! » euphémise son président du conseil départemental Bruno Faure.

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Autonomy
Du 4 au 5 novembre 2020
Smart City Day
Le 17 novembre 2020
Smart City Expo World Congress
Du 17 au 18 novembre 2020