LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

L'Île d'Yeu expérimente le partage d'énergie solaire entre voisins

Autoconsommation

Depuis le printemps, cinq pavillons coiffés de 64 panneaux photovoltaïques diffusent de l’électricité dans 23 foyers islais. Ils sont réunis au sein d'une personne morale organisatrice (PMO), avec Engie France et la mairie de l’Île d’Yeu.

 

Rimg0
Installation de panneaux solaires sur une des maisons de Ker Pissot sur l'ïle d'Yeu © Harmon'Yeu

C’est un bout de terre aux airs bretons de dix kilomètres de long, accroché dans l’Atlantique, à une vingtaine de kilomètres de la côte vendéenne. « Une île comme l’Île d’Yeu c'est un territoire, un bassin de vie et d'emploi bien circonscrit, où l'on peut tenter des choses » campe son maire Bruno Noury. Depuis début mai, 23 pavillons de Ker Pissot accueillent une expérimentation de deux ans inédite en France et rare en Europe. Pas moins de 64 panneaux photovoltaïques d'une puissance de 23,7 kWc (kilowatt-crête) coiffent cinq maisons qui fournissent de l’énergie solaire pour tout le hameau. Le répartition de la production autoconsommée vient ensuite en déduction de la facture d’électricité.

 

Île de sobriété énergétique

« Nous n’avons pas que des propriétaires de maisons mais aussi des locataires avec bailleur social. Il y a certainement plus de solidarité sur une île, les gens s'entraident et ont adhéré rapidement à Harmon’Yeu » poursuit l’édile. La commune n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai en matière de sobriété énergétique : on y trouve un nombre de voitures électriques record (250 pour 4809 habitants, quatre stations de recharge) et la redevance incitative sur la production de déchets (réduite de 40% depuis sa mise en place 2018).

Reste que pour le projet d’autoconsommation collective, il a fallu patienter 18 mois entre les discussions initiales avec les habitants et le branchement. Des lourdeurs administratives à surmonter, notamment le classement sous protection d’une partie du bâti de l’Île d’Yeu (d’où le choix d’une zone pavillonnaire). Ou encore l’attente de l’arrêté du 21 novembre 2019 fixant le critère de proximité géographique de l'autoconsommation collective étendue.

Selon Jean Bertrand-Hardy, partenaire en tant que directeur stratégie, business développement et innovation à Engie France BtoC, « il y a une aspiration au durable, au local et à créer des liens. Ce modèle communautaire est ce qui y répond le mieux. Mais pour que les consommateurs adhèrent, il faut que techniquement cela fonctionne et que cela soit simple d’utilisation » prévient t-il. En plus d’un pilotage intelligent et d’une application spécifique (mais sans blockchain car « ce n’est pas nécessaire » selon Jean Bertrand-Hardy), l’association Élise, qui fait de l’éducation à l’énergie en Vendée, intervient aussi sur place.

 

Commercialisation et réplication

« Rapprocher l’habitant de la production nécessite de faire de la pédagogie en accompagnant les gens sur la diminution de la consommation d'énergie » pointe Philippe Massé, un de ses conseillers en énergie. C’est par exemple entre 15h et 17h, période où les panneaux photovoltaïques produisent le plus, qu’il faut démarrer les appareils électroniques les plus gourmands en électricité (machine à laver le linge, lave-vaisselle, etc.). Pour plus d’implication encore, tous les habitants sont d’ailleurs réunis avec les partenaires d’Harmon’Yeu au sein d’une association dédiée. C'est elle qui fait office de personne morale organisatrice (PMO), comme permis par la loi du 24 février 2017 relative à l'auto-consommation d'électricité.

Engie France BtoC y voit d’ailleurs un large marché à investir. « Le village électrique de l’’Île d’Yeu ce n’est pas simplement pour faire une jolie photo sur une plaquette
La phase suivante c'est la commercialisation et la réplication de cette opération. On veut encore accélérer » projette sans ambages Jean Bertrand-Hardy, son co-directeur. Après tout, le continent n’est pas si loin.

 

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Autonomy
Du 4 au 5 novembre 2020
Smart City Day
Le 17 novembre 2020
Smart City Expo World Congress
Du 17 au 18 novembre 2020