LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

La Gironde se veut en résilience territoriale avec son bâti

Performance énergétique

Le département veut notamment réduire de 20 % d’ici 2023 les émissions de gaz à effet de serre de ses 105 collèges publics.

Rimg0
Maison des solidarité des Hauts de Garonne © Ville de Lormont

Au Palais des congrès de Bordeaux débutait, le 29 janvier, les Assises européennes de la transition énergétique. Dans un département qui n’est pas neutre en la matière, puisque la Gironde (1,6 million d’habitants) a amorcé il y a neuf mois « une démarche de résilience territoriale impliquant tous les domaines d’action » ; et cela, dix ans après avoir lancé, en 2010, un audit de la consommation énergétique de son patrimoine immobilier : collèges publics, bureaux, administrations ou "Maisons des solidarités" (au nombre de 61, pour les aides sociales). Près d’1,1 million de mètres carrés en tout, dont la moitié pour les établissements scolaires.

La consommation énergétique au m² y a été réduite de 21 % entre 2010 et 2017. La totalité des bâtiments appartenant au conseil départemental sont désormais approvisionnée en électricité issue à 100 % d’énergies renouvelables, via l’hydrolien ou l’éolien. Une attention qui se porte également sur la construction neuve et la rénovation. Le recours aux énergies non renouvelables y est limité et l’usage de matériaux bio sourcés (bois, paille, chanvre, etc.) encouragé.

 

« Rafraîchissement adiabatique » et serveurs/radiateurs

Des tests sont en cours comme à la Maison des solidarités des Hauts de Garonne, avec une climatisation par pulvérisation d’eau (dit "rafraîchissement adiabatique") qui permet de refroidir le bâtiment avec une consommation énergétique très faible. Au pôle des solidarités de Bordeaux, un immeuble de bureaux et de logements sociaux est chauffé (gratuitement) grâce à des serveurs informatiques. Où quand des mini data-centers officient comme radiateurs…. Dans les collèges, on privilégie le photovoltaïque, la géothermie ou les chaudières bois. Entre les réductions de consommation de gaz (-20%) et d’eau (-36%) le Département de la Gironde dit avoir économisé 4,3 millions d’euros en 15 ans. 

Une politique qui lui a permis d’obtenir le 24 janvier dernier la certification ISO 50 001 pour la gestion de l’énergie de ses 105 collèges publics. Une première à cette échelle, avec pour objectif de réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre en cinq ans des établissements girondins (contre 20 % en quinze ans jusqu’ici). La certification fera l’objet d’un nouvel audit en novembre 2022. « La résilience territoriale, c’est s’adapter aux changements radicaux, environnementaux et sociétaux, qui s’annoncent, avance Jean-Luc Gleyze, président du département. Elle repose sur plus de solidarités entre nous, plus de sobriété dans nos habitudes de consommation et un rapport plus humble à la nature. » Une nécessité sur un territoire inquiet de la retombée sur sa (viti)culture des dérèglements climatiques et qui surconsomme pesticides et herbicides (2ème en France selon les chiffres de la Banque nationale des ventes des distributeurs).

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Big Data Paris
Du 27 au 28 mai 2020
La Tournée à Malaunay
Le 30 juin 2020
BIM World
Du 7 au 8 juillet 2020