LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Le véhicule à hydrogène, marché aussi mineur que prometteur

Transition énergétique

[3/5] Troisième volet de notre série d'articles autour de la transition énergétique, à l'occasion des Assises européennes qui auront lieu à Bordeaux du 28 au 30 janvier.

Rimg0
© Thibault Dumas

218 249 véhicules électriques circulent aujourd’hui en France, dont plus de 50 000 vendus en 2019 (baromètre annuel Avere France). À titre de comparaison, moins de 300 véhicules à piles à combustible hydrogène (ou FCEV), roulent dans l’hexagone (étude du cabinet Sia Partners). Ladite pile permet de transformer ce gaz très volatil, mais émettant uniquement de la vapeur d’eau en électricité. « L’ironie est que c’est bien plus prometteur sur le plan technologique et donc écologique que la voiture électrique » souligne Édouard Cereuil, ingénieur chez Morbihan Énergies, qui a développé une station de recharge du côté de Vannes. On en compte seulement 28 en France, plutôt en Occitanie et dans la région lyonnaise. Mais les projets pullulent, à Lyon toujours, mais aussi dans le Nord-Ouest et en Île-de-France. Des acteurs locaux qui débattront d’ailleurs le 28 janvier aux Assises européennes de la transition énergétique.

Le plan gouvernemental de déploiement de l’hydrogène (ou "plan Hulot" de 100 millions d’euros) affiche un objectif de 1 000 points de recharge pour 50 000 véhicules FCEV immatriculés à l’horizon 2028. Outre une vingtaine de PME/filiales spécialisées qui ont vu le jour en vingt ans, douze poids lourds de l’énergie et de l’automobile investissent le marché : Total, Engie, GRDF, Faurecia, Michelin, Alstom, etc, du réseau au véhicule à hydrogène. Avantages de ce dernier ? L’autonomie, qui avec 450 à 600 kilomètres concurrence le moteur thermique. Le temps de recharge, cinq minutes chrono, surpasse lui l’électrique. Inconvénients ? La réussite de l’hydrogène vert – la molécule est pour l’instant obtenue à 96 % à partir d’énergies fossiles – dépend de celle de l’électricité solaire ou éolienne. Sans compter la peur populaire liée à sa manipulation – pourtant les risques sont équivalents à ceux des autres combustibles.

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Big Data Paris
Du 27 au 28 mai 2020
La Tournée à Malaunay
Le 30 juin 2020
BIM World
Du 7 au 8 juillet 2020