LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

[Smart Cities Tour ] Retour sur l'étape d'Antony

France

La sous-préfecture des Hauts-de-Seine accueillait, fin novembre, la dernière étape du Smart Cities Tour 2019. L’occasion d’évoquer des thématiques partagées par la plupart des collectivités en périphérie des grandes villes, notamment, la mobilité et la qualité de l’air. Antony mise sur le numérique pour fluidifier le trafic routier et optimiser le stationnement. Objectif : préserver sa qualité de l’air, plutôt bonne pour la région Ile-de-France.

 

L'intégralité du compte-rendu de l'événement est à retrouver dans Smart City Mag n°30

Rimg0
« Depuis cinq ans, nous avons déployé de nombreuses solutions pour développer la ville intelligente, comme la fibre optique, le WiFi public, l’espace citoyen en ligne ou le budget participatif. Ceci afin de rendre aux habitants les meilleurs services. Aujourd’hui, la mobilité et la qualité de l’air sont des enjeux majeurs pour notre territoire auxquels la Smart city apporte des réponses. » Jean-Yves Sénant, maire de cette commune.
RTimg0
Rimg1
Antony a développé depuis 2014 une approche plus originale : la bio-surveillance de la qualité de l’air. Cette méthode consiste à mesurer la pollution à travers ses effets sur différents types de plantes, qui se manifestent parfois par les feuilles, parfois par les racines. « Depuis une dizaine d’années nous menons des actions de sensibilisation auprès des habitants. Pour aller plus loin, nous allons déployer 70 micro-stations végétales qui vont compléter les mesures existantes. Cela va nous permettre de renforcer la prévention, en nous basant sur des données plus régulières et collectées un peu partout sur le territoire ». Ioannis Vouldoukis, conseiller municipal délégué à l’Hygiène, à la Santé et aux Sciences.
RTimg1
Rimg2
« L’éclairage connecté, ce n’est pas que du matériel, c’est aussi du logiciel, a indiqué Yoann Sinel, directeur régional - Secteur Public & Collectivités Territoriales de Signify. C’est pourquoi nous sommes devenus éditeur de logiciel, avec notre propre équipe de programmeurs. »
RTimg2
Rimg3
Côté mobilité, que met en place Antony ? « Nous favorisons la multimodalité et développons l’usage des modes doux. Pour le vélo, nous avons par exemple passé les rues pavillonnaires en zones limitées à 30 Km/h, ce qui en fait des voies cyclables. Nous avons également généralisé le cédez-le-passage au feu, qui permet à un cycliste de passer au feu rouge lorsque les conditions le permettent », a expliqué Perrine Precetti, Maire adjointe chargée de la Mobilité Urbaine.
RTimg3
Rimg4
« Le stationnement sauvage est un réel problème, car il gêne les autres modes comme le vélo, en bloquant l’espace public. Le numérique, avec les caméras multifonctions, peut aider à lutter contre cela », a indiqué Jérôme Douret, Chef de produit Smart City / trafic du groupe Axis. Christophe Plouviez, directeur commercial de Parking Map, a pour sa part rappelé que : « des solutions digitales de guidage vers des places disponibles peuvent changer les comportements, par exemple en proposant un parking situé à contresens de la destination, mais qui fera finalement gagner du temps, car non-saturé et proche d’une station de transport en commun ».
RTimg4
Rimg5
Alina Akhmerova, chargée de mission smart city, ville d’Antony : « La gestion de la data pose surtout des questions humaines. Comment favoriser l’adhésion des agents, qui voient surtout le traitement de la donnée une charge de travail supplémentaire ? ». Antony a pour sa part miser sur l’implication des agents afin de les « acculturer » à la data. Un groupe de travail dédié à la data doit notamment être mis en place.
RTimg5
A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
RuraliTIC
Du 25 au 27 août 2020
Big Data Paris
Du 14 au 15 septembre 2020
Hub cities summit 2020
Le 15 septembre 2020