LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Le "mobile laser scanning", accélérateur de smart cities

Technologie

Tribune rédigée par Luc Coustau, directeur métier chez Ecartip.

Rimg0
« Le mobile laser scanning permet maintenant une mise à disposition des données aux clients et utilisateurs sur des plates-formes en ligne sécurisées de stockage, visualisation et même valorisation de ces nuages de points. » Luc Coustau, directeur métier chez Ecartip

Le "mobile laser scanning" est un procédé qui va permettre de faire l’acquisition en 3 dimensions des caractéristiques de l’espace urbain en un temps record et en sécurité. Ce procédé fait appel à l’utilisation de systèmes de haute technologie appelés MMS (Mobile Mapping System) ou MLS (Mobile Laser System). Ces systèmes, couplant un ou plusieurs capteurs LiDAR (Light Detection And Ranging) avec de la photogrammétrie HD 360°, une centrale inertielle et un capteur GNSS, le tout fixés sur une voiture, permettent l’acquisition de données en 3D précises, exhaustives et à haut rendement (plusieurs millions de points par secondes). Certain de ces systèmes permettent un rendement d’acquisition de plus de 30 km de tronçon de voirie par jour en milieu urbain et jusqu’à 90 km/j en extra urbain.
Après traitement et calculs, la représentation des données se fait par un nuage de plusieurs milliards de points (couplé avec des photos panoramiques) pouvant être visualisé sur PC…. Ce nuage de points est un véritable "instantané 3D" de l’espace relevé. Cette "copie de la réalité au bureau" va permettre d’extraire les données qui vont alimenter les outils et processus mis en place pour la smart city, et plus généralement pour la gestion de l’espace public.


Usages et avantages

Luc Coustau, directeur métier chez Ecartip

Le nuage de point va servir par exemple à initier une maquette au standard City GML, à digitaliser les différentes caractéristiques linéaires de la voirie (bord de chaussées, trottoirs, murets, clôtures) pour alimenter les systèmes d’information géographique (SIG), à faire l’inventaire du mobilier urbain pour les systèmes de gestion de d’entretien, à réaliser un audit des accès PMR (personnes à mobilité réduite).
L’énorme avantage est d’avoir, une fois pour toute, une donnée transformable qui va s’adapter aux futurs besoins et outils déployés. Un des grands enjeux de la smart city est l’efficacité de la commande publique, et donc le partage et la mutualisation des données issues de cette commande.
En termes d’économies, le mobile laser scanning permet l’arrêt de la multiplication des commandes d’acquisitions de données. Pourquoi demander une cartographie type PCRS (plan de corps de rue simplifié) de précision 10 cm puis, sur certaines zones, commander des relevés précis en vue de travaux ou d’études d’aménagement, lancer un audit sur le mobilier urbain, demander un diagnostic de voirie ou vérifier des gabarits d’ouvrages lorsqu’une seule acquisition sur tout le territoire peut le permettre ?


Donner accès à la visualisation des données

En termes de mutualisation de la donnée, le couplage avec d’autres systèmes d’acquisition est possible voire recommandé. Une modélisation (en City GML par exemple) demandera un couplage avec des systèmes d’acquisition aériens comme de la photogrammétrie par drone pour avoir l’emprise des toitures. Un relevé complet des zones non carrossables pourra être effectué par des systèmes backpack (liDAR dynamique sur sac à dos) ou en lasergrammétrie statique. Les voies navigables ou étendues d’eau pourront être relevées en bathymétrie et les nuages de points en découlant, assemblés avec le levé global.
En termes de partage, le mobile laser scanning permet maintenant une mise à disposition des données aux clients et utilisateurs sur des plates-formes en ligne sécurisées de stockage, visualisation et même valorisation de ces nuages de points. Il est même possible de donner accès à la visualisation des données directement à tous les acteurs et habitants de la ville. Une simple connexion internet suffit.
Initier développer ou consolider des projets smart city avec toujours moins de moyens budgétaires, voilà le dilemme auquel sont confrontés les élus et représentants municipaux en charge de la gestion de l’espace public. Etre "intelligent", c’est aussi être capable d’initier ces changements à moindre coût. Le mobile laser scanning est ainsi très certainement l’une des voies d’avenir de la ville intelligente.

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Pollutec Online
Du 1 au 4 décembre 2020
EnvironPro Grand Ouest
Du 8 au 10 décembre 2020
Assises Européennes de la Transition Energétique
Du 12 au 14 janvier 2021