SMARTCITY
2018 © Tous droits réservés
LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

DataCity Paris : des services plus pertinents, une ville plus confortable

Innovation

Pour sa 3ème édition, le programme DataCity Paris du NUMA a sélectionné 14 start-up prêtes à relever les défis de la capitale. Mobilité, développement économique ou énergie, elles vont devoir développer et tester des solutions en seulement quelques mois, appuyées par la mairie et des entreprises. En attendant les résultats de leurs expérimentations en juin prochain, lumière sur nos coups de cœur de cette saison.

Rimg0
Data City est un programme d’innovation ouverte autour de la ville intelligente porté par le NUMA et la mairie de Paris.

Intelligence artificielle pour le secteur de la mobilité électrique

Fondée en 2017, Wintics développe des solutions algorithmiques sur-mesure. Les fondateurs s’appuient sur l’intelligence artificielle pour élaborer un outil de prédiction des comportements, que ce soit des clients (prédiction pour optimiser l’implantation des commerces), des conducteurs (prédiction du trafic), des bâtiments (prédiction des consommations d’énergie), etc.

Dans le cadre de DataCity, ils s’attaquent à un nouveau défi : optimiser l’implantation en voirie des bornes de recharge pour véhicule électrique. « À Paris, la difficulté est d’identifier les emplacements adéquats, car ils doivent à la fois avoir un fort potentiel d’utilisation et en même temps répondre à des contraintes, telles que l’absence d’une conduite de gaz en sous-sol ou d’un arbre sur le trottoir à proximité de la borne » explique Quentin Barenne, l’un des co-fondateurs. Wintics va donc développer un logiciel qui automatisera l’analyse de ces contraintes spatiales et du potentiel de marché. L’équipe sera épaulée par ALD Automotive, Bouygues Energies & Services, Sopra Steria et la mairie de Paris.

 

Mieux connaître l’affluence dans les transports

Tout est parti d’un constat : à l’époque étudiant, Paul Bouzol, a rencontré des difficultés pour trouver une place à la bibliothèque et au restaurant universitaire. Il a donc eu l’idée, en 2014, de créer une start-up - dénommée Affluences - et un outil de mesure de l’affluence dans ce type de lieux. « Les données utilisées proviennent soit des établissements soit des capteurs que nous installons. Et pour faire de la prédiction, nous les recoupons avec d’autres informations comme la météo pour déterminer quel sera le taux de fréquentation de la piscine » détaille le p-dg de la start-up. Affluences propose une application pour que le public visualise, en temps réel, le temps d’attente au guichet de la mairie, le taux d’occupation d’une médiathèque, la prévision de fréquentation de la piscine municipale. Après une première expérimentation à la bibliothèque Pompidou à Paris, le service a séduit près de 400 établissements (publics ou privés), allant des musées aux services administratifs.
Au sein du programme DataCity, Paul et son équipe vont relever un nouveau défi : informer - voire prédire - sur l’affluence dans les transports en commun. Ils vont pour cela ajouter des capteurs (pour notamment déterminer combien de personnes descendent à tel ou tel arrêt) et agréger des données. À terme, une meilleure connaissance de la fréquentation pourra donner lieu à des recommandations. « On incitera les usagers à privilégier un trajet peut-être un peu plus long mais moins fréquenté et donc plus confortable » poursuit Paul Bouzol. Affluences mène ce projet avec une autre start-up, GeoUniq, et en partenariat avec la mairie de Paris, Setec, Sopra Steria et Suez.

 

Un itinéraire adapté à chaque usager

« Nous avons vocation à créer des bases de données géographiques pour favoriser la mobilité douce urbaine. » Voici comment Cyril Chabert présente WeGoTo, la start-up qu’il a co-créé en 2015 et dont il est le directeur. D’une part, son entreprise produit des données à l’aide d’un chariot équipé de capteurs ; d’autre part, elle les agrège à d’autres informations, soumet le tout à un algorithme qui les traite, et alimente ainsi une base de données. « Notre solution peut être intégrée à un système d’information géographique, pour aider les gestionnaires des espaces urbains par exemple. Côté usagers, WeGoTo est aussi une application GPS qui propose des itinéraires de chemins piétonniers et des pistes cyclables » précise Cyril Chabert. Des points d’intérêt, tels que des obstacles, des places de parking et du mobilier urbain, viennent étayer les informations disponibles. Aujourd’hui l’appli couvre le département de l’Isère, mais la start-up espère prochainement cartographier 150 000 km de voies toute la France.
Avec Datacity, WeGoTo a le projet d’enrichir son application d’aide à la navigation douce par la prise en compte du profil de ses utilisateurs lors de la recommandation d’itinéraires. L’objectif est d’adapter le trajet aux contraintes et préférences de mobilité, liées notamment aux handicaps. « Si je suis en fauteuil roulant, j’ai besoin d’avoir un itinéraire qui prend en compte le degré des pentes, la qualité des revêtements, la hauteur des trottoirs... détaille le directeur. Le challenge, c’est de déployer ce service à partir des données existantes à la mairie de Paris, sans en collecter de nouvelles... » Le travail consistera donc à identifier les données pertinentes pour le projet, à les rassembler et à les rendre homogènes pour les croiser. En plus de la collectivité, BNP Paribas a pris part au projet.

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Service commercial
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 769 21 82 45

Recevoir la Newsletter
OK
Agenda
Festival Building Beyond
Du 8 juin au 19 juillet 2018
Innovative City
Du 27 au 28 juin 2018
RDV avec la ville, à Valenciennes
Du 27 au 28 juin 2018