LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Libérer l’intelligence collective des villes

Smart city

Tribune rédigée par Clémence Fischer, directrice des programmes Smart City au NUMA.

Rimg0
« Au-delà du milieu urbain, notre intuition est que la collaboration radicale préfigure les modes de travail du futur. Elle permet de libérer l’intelligence collective des individus et des organisations, qui sera une des clés pour répondre aux enjeux sociaux et environnementaux du 21ème siècle. » Clémence Fischer, directrice des programmes Smart City au NUMA.

D’un modèle historiquement centré sur des infrastructures verticalisées, la dernière décennie a vu s’opérer une transformation progressive des villes en plate-forme de services, portée par le déploiement du numérique et des nouvelles technologies. Elle est accompagnée par l’arrivée des acteurs non urbains traditionnels, issus du monde de l’internet et des technologies de l’information et des communications.
Cette transformation en plate-forme de services a plusieurs conséquences directes. D’une part, elle modifie les pratiques et les modes de vie urbains : une économie de l’usage se développe, au détriment de l’économie de la propriété. D’autre part, elle fait entrer le citoyen sur le devant de la scène de la gouvernance urbaine. Elle rend disponible en temps réel ses besoins, en ce qui concerne l’amélioration de la qualité de service et la qualité de vie. Enfin, elle fait exploser la quantité de données générées à chaque instant, données elles-mêmes utilisables pour créer de nouveaux services.
Plus généralement, les attentes autour de la ville et son rôle dans la société évoluent, car elle devient le creuset d’un avenir commun souhaité plus intelligent, durable et efficient, et plus centré sur l’humain. À l’échelon planétaire, les villes sont en train de devenir l’unité de base de l’humanité, au sens d’un écosystème biologique : 66 % de la population mondiale sera urbaine en 2050.
La transformation en plateforme de service entraîne un bouleversement des modèles de gestion de la ville, en créant un fort besoin de transversalité. Comment passer à ce modèle transverse, qui fait intervenir des acteurs de métiers d’origine très divers ? Comment y intégrer les nouveaux entrants du digital ? Comment y inclure les enjeux environnementaux et sociaux grandissants des villes, peu pris en compte par les acteurs économiques ?


Expérimentation multiacteur

Clémence Fischer, directrice des programmes Smart City au NUMA

Pour créer cette transversalité, nous sommes convaincus qu’il est nécessaire de faire naître les conditions d’une collaboration radicale, rassemblant toutes les parties prenantes de la ville : institutions publiques, entreprises, experts, chercheurs… Au stade de l’expérimentation, la collaboration radicale se matérialise par l’innovation ouverte, mécanisme de mutualisation multi-acteurs qui permet d’obtenir des résultats tangibles sur un temps très court. L’innovation ouverte repose sur une vision écosystémique - et non fonctionnelle - de la création de valeur : c’est par la création d’un écosystème d’innovation rassemblant une multitude d’acteurs que se crée l’échange, l’alignement des intérêts et la sérendipité. Il en découle de nouveaux services et produits qui sont validés du point de vue des usages, de la faisabilité technique et du modèle économique . Le programme DataCity est un modèle de plate-forme d’expérimentation multiacteur, dont la 2ème saison a par exemple permis de prototyper en seulement un mois une solution divisant par deux l’encombrement des trottoirs par les bacs à ordures.
Les plates-formes d’innovation ouvertes utilisent des méthodologies issues du monde des start-up, qui reposent notamment sur l’acceptation de l’échec comme partie intégrante de l’apprentissage. Ainsi, prototyper, tester et itérer à moindre coûts, et établir un dialogue constant avec les usagers finaux est au cœur du succès de la méthode. Créer une dynamique réelle de collaboration requiert donc un important travail d’acculturation : ce n’est ni dans l’ADN des grandes organisations, ni dans la culture française, où l’échec par exemple est peu valorisé. De plus, il ne suffit pas de créer un écosystème d’innovation, il faut avant tout l’animer et le faire grandir. Cela nécessite de trouver en permanence des compromis entre les institutions publiques et privées, entre les petites et les grandes entreprises, entre les acteurs du temps long et ceux du temps court. L’animation d’une plate-forme d’innovation est donc efficace quand un tiers de confiance s’en charge, capable de créer les conditions d’un échange sincère et de tenir le calendrier.
Par sa nature transversale et son évolution rapide, la smart city est le terrain de jeu idéal de l’innovation ouverte, et doit être instrumentée au bénéfice du citoyen et des générations futures. Au-delà du milieu urbain, notre intuition est que la collaboration radicale préfigure les modes de travail du futur. Elle permet de libérer l’intelligence collective des individus et des organisations, qui sera une des clés pour répondre aux enjeux sociaux et environnementaux du 21ème siècle.

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
2èmes Rencontres des datacenters, des territoires & des données souveraines
Le 30 mars 2023
Assises Européennes de la Transition Energétique
Du 23 au 25 mai 2023