SMARTCITY
2019 © Tous droits réservés
LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Incursion de la blockchain dans la ville

Technologie

Avec la croissance du big data et de la dématérialisation, la ville de demain va voir se développer un besoin impérieux de confiance dans le numérique. La blockchain, en apportant de la sécurisation aux échanges virtuels, pourrait à la fois participer à cette confiance et révolutionner les usages.

Rimg0
Aux États-Unis, le quartier de Brooklyn a mis en place un microgrid et utilise la blockchain pour vendre et acheter la production énergétique locale.

Beaucoup en parle, mais peu l’utilise aujourd’hui ; et pour cause, la blockchain est difficile à définir, et encore plus à conceptualiser. On pourrait la décrire comme un outil d’authentification (des personnes, des documents...) et de sécurisation des échanges (notamment financiers), s’appuyant sur la masse, la traçabilité et des algorithmes. Grâce à cette technologie, des monnaies alternatives, complémentaires, locales, naissent partout sur la planète à l’instar du bitcoin, pour la plus connue. Les transactions peuvent dès lors sortir des circuits habituels, se décentraliser, pour servir par exemple un quartier.
Les usages dans la ville de demain commencent à émerger : gérer le circuit de l’énergie localement, cumuler et utiliser des points de fidélité dans les commerces de proximité via une cryptomonnaie, certifier l’identité des citoyens pour les procédures de vote en ligne... La société Solid a ainsi apporté la blockchain dans le SEL de Suresnes (système d’échange local de services ou de produits). « Nous avons créé une monnaie virtuelle locale, le Token, et réalisé une application pour les échanges de services entre les gens » indique son fondateur, Kim Dauthel. La blockchain peut faciliter le développement de ces nouveaux modèles économiques avec, au centre de l’équation, le citoyen producteur-consommateur et l'échelon local.

 

Usage dans le smart grid

Des expérimentations sont actuellement menées dans le secteur énergétique suite au développement des panneaux photovoltaïques chez les habitants. « Le sujet de la blockchain a pris de l’ampleur, un peu comme un chaînon manquant. Car là où tout le monde devient producteur et consommateur, il faut gérer des interactions complexes » souligne André Joffre, fondateur de Sunchain. Or, la blockchain permet de vendre et d’acheter l’énergie de manière décentralisée.
Aux États-Unis, un tel projet a vu le jour dans le quartier de Brooklyn où l’on expérimente, depuis un an, un microgrid (production et une consommation de l’énergie à une échelle très locale). Connectés à un système électrique local, les bâtiments du quartier produisent de l’énergie à partir de panneaux photovoltaïques installés sur les toits et la réinjecte dans le réseau. Une plate-forme de blockchain, conçue par Ethereum, permet aux habitants de vendre ou d’acheter cette production à leurs voisins.

En France, un projet de ce type est également en réflexion. Bouygues Immobilier s’est en effet associé à Energisme et Stratumn pour développer une blockchain dédiée aux smart grids et l’expérimenter dans le cadre d’un démonstrateur. Cette blockchain devrait permettre d’élaborer des contrats, respectant les lois françaises, pour acheter et vendre de l’énergie à l’échelle d’un quartier. Partout où les échanges seront décentralisés et où la confiance numérique sera attendue, la blockchain pourrait apporter une solution. Gageons donc que ce type de projet devrait se multiplier.

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
ITS4Climate
Du 17 au 19 septembre 2019
Smart City Day
Le 19 septembre 2019
LH FORUM 2019
Du 26 au 28 septembre 2019