LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

RuraliTIC reprend du service dans le Cantal

Smart village
H_1
Bruno Faure, président du Conseil départemental du Cantal © JM Peyral
Dans un territoire rural comme le nôtre, le département reste le bon échelon pour agir sur le déploiement du numérique.

Dans quelques jours débutera la nouvelle édition de RuraliTIC, l’événement consacré au numérique en ruralité. Parmi les intervenants des conférences, Bruno Faure, le président du Conseil départemental du Cantal.

RuraliTIC pose ses valises dans le Cantal avec au programme, notamment, une plénière sur le très haut débit. Que vous inspire l’annonce du président Macron en juillet dernier, soutenant un déploiement plus rapide du haut débit ?
Les technologies alternatives vont accélérer la desserte de l’ensemble du territoire, avec par exemple la 4G, qui nécessite seulement quelques mois pour être mise en place ! Bien entendu, l’objectif à long terme reste la fibre.
Si nous voulons l’égalité d’accès, il faut être capable de déployer. Or, notre difficulté, dans le Cantal, c’est le financement. Nous avons des zones rurales et montagneuses, nous sommes moins bien lotis que d'autres en matière de téléphonie mobile et de fibre... L’Etat devrait compenser davantage le désengagement des acteurs privés. La situation actuelle n’est pas satisfaisante car nos conditions particulières ne sont pas prises en compte, alors que nous démontrons un besoin, une capacité et une envie d’utiliser les nouvelles technologies ! 

 

Votre département n’a heureusement pas attendu l’arrivée du très haut débit pour développer des services numériques. Quelles sont les projets emblématiques du territoire ?
Nous faisons partie des pionniers. L’utilisation du haut débit remonte à 1998 avec le lancement du programme Cyber Cantal, qui a doté toutes les communes d’un espace public numérique. Nous avons ensuite déployé des bornes de visio-accueil afin de maintenir la présence de services publics.

Autre programme, Cyber Cantal Education a permis d’équiper les collèges en tablettes numériques, en tableaux interactifs, en contenus dématérialisés. Et depuis un an, avec l’appui des intercommunalités, nous déployons la même chose dans les écoles primaires. Citons encore le Cyber Cantal Télécentre, qui multiplie depuis 2007 les espaces de coworking et les fablabs sur le territoire, la plate-forme web AgriLocal15, qui favorise le circuit-court des produits alimentaires, les chariots de télémédecine déployés dans 5 EHPAD volontaires... L’arrivée du très haut débit nous permettra de multiplier ces initiatives et d’accroître l’attractivité du territoire.

Pour assurer une cohérence entre les communes, nous nous appuyons sur notre agence départementale, Cantal Ingénierie et Territoire, afin de créer une émulation, de mobiliser les collectivités, de les conseiller... Dans un territoire rural comme le nôtre, le département reste le bon échelon pour agir sur le déploiement du numérique.

 

Depuis juillet, vous succédez à Vincent Descoeur. En matière de territoire intelligent, quel héritage vous laisse-t-il ?
Il nous laisse en héritage sa vision. Il n’a jamais cessé de nous convaincre de développer des actions en faveur des nouvelles technologies. Il nous a démontré leurs bienfaits, et notamment que le numérique peut nous permettre de gommer ou compenser certains de nos handicaps, à condition bien sûr que nous ayons des infrastructures... À nous, à présent, d’essayer d’en faire un levier de développement.

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Autonomy
Du 4 au 5 novembre 2020
Smart City Day
Le 17 novembre 2020
Smart City Expo World Congress
Du 17 au 18 novembre 2020