LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Waze & Cosmo Tech : deux approches pour l’aide à la décision

data

Comment aider les autorités à construire des politiques publiques plus efficace ? Zoom sur deux approches présentées lors du séminaire international de la Fabrique de la Cité : celle de Waze, basée sur le crowdsourcing et l’information en temps réel, et celle de Cosmo Tech, usant de la simulation pour permettre l’anticipation.

Rimg0
Michel Morvan, fondateur de Cosmo Tech, lors du séminaire international 2017 de la Fabrique de la Cité.

Dans le cadre d’un programme lancé en 2014, Waze et 250 villes – dont 19 françaises – partagent aujourd'hui leurs données. L’entreprise donne accès en temps réels aux informations remontées par ses usagers (un incident sur la route par exemple), tandis que les collectivités fournissent leurs prévisions de fermeture de voie ou de travaux. Cette mixité de données permet à la ville d’affiner sa connaissance du trafic et de prendre des décisions en conséquence. « La ville de Rio a utilisé nos données pour évaluer s’il était pertinent de construire une nouvelle autoroute. Elle a ainsi pu constater qu’en ajoutant simplement trois voies dédiées à certains types de véhicules – bus, taxi, etc. -, près de 25 % de la congestion du trafic pouvait être réduite ! » détaille Thaïs Blumenthal de Moraes, en charge du développement commercial à l’international de Waze. Quant à Boston, elle a réduit de 18% la congestion du trafic grâce aux données, en modifiant la durée de l’alternance des feux de signalisation sur les grands carrefours.

Autre technologie, autre approche : Cosmo Tech s’appuie sur un logiciel de simulation afin d’anticiper les évolutions d’un secteur, d’un environnement, d’une situation... « Les données ont des limites intrinsèques car elles nous parlent du passé, tranche Michel Morvan, fondateur et CEO de Cosmo Tech. Les outils tels que le machine learning recherchent des corrélations dans les données du passé pour essayer d’anticiper demain. Or, si on imagine l’arrivée massive des véhicules autonomes d’ici 20 ans, et qu’on essaie d’anticiper la façon dont les villes vont en être transformées, on ne peut pas avoir de réponses en regardant les données du passé ! » L’entreprise va donc plus loin en développant un outil de simulation qui ne s’appuie pas uniquement sur des informations autour des usages actuels. Il a été utilisé notamment dans le cadre du projet d’optimisation du mix énergétique de Maison-Alfort. « On peut ajouter sur une carte des sources d’énergie, décrire les spécificités d’une chaudière biomasse, créer de nouveaux raccordements, déterminer quels immeubles peuvent y être connectés... précise Michel Morvan. À partir de tout ça, on peut savoir si des immeubles sont éligibles au solaire et donc s’il est pertinent pour la ville de mettre en place une politique d’incitation à l’achat de panneaux photovoltaïques… » À partir des données, la collectivité peut élaborer une politique ; avec la simulation elle peut anticiper son impact. Deux outils qui promettent de garantir l’efficacité des projets publics.

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
SIIVIM - Sommet International de l'Innovation en Villes Médianes
Du 8 au 9 octobre 2020
Energy for smart mobility - Evénement en ligne
Du 13 au 14 octobre 2020
[WEBINAR] Sécurité, efficience et nouveaux usages : comment une plateforme vidéo ouverte optimise le fonctionnement des villes ?
Le 20 octobre 2020