LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Un premier réseau de transport d’hydrogène entre la France et la Belgique

Hydrogène

Deux opérateurs de transport de gaz, Fluxys et GRTgaz, se sont associés pour développer un réseau de transport d’hydrogène transfrontalier entre Valenciennes et Mons, en Belgique.

Rimg0

La région du Hainaut devrait bientôt accueillir le premier réseau de transport hydrogène transfrontalier entre la France et la Belgique. C’est en tout cas l’ambition des opérateurs GRTgaz et Fluxys, qui se sont associés dès 2021 pour évaluer les besoins des différents acteurs du marché. Après cette phase de consultations, les deux entreprises ont identifié les territoires de Valenciennes, en France, et la zone de Mons, étendue jusqu’à La Louvière et Feluy, en Belgique, comme une zone à fort potentiel de développement d’hydrogène. Leur idée : créer une infrastructure par canalisation s’interconnectant à la frontière, longue de 70 kilomètres, pour « contribuer à décarboner un bassin à forte tradition industrielle », précise les opérateurs dans un communiqué. La région du Hainaut concentrait en effet l’un des principaux sites miniers des deux pays. Avant de se spécialiser dans l’industrie textile.

 

Un réseau de 40 000 kilomètres d’ici 2040

Pour les deux entreprises, ce réseau de transport d’hydrogène bas carbone, en accès ouvert, s’inscrit par ailleurs dans la démarche « European Hydrogen Backbone ». Un projet réunissant 31 gestionnaires de réseau de transport de gaz issus de 28 pays européens, qui envisagent de créer une infrastructure hydrogène basée notamment sur des infrastructures gazières existantes. Leur ambition est de construire un réseau de canalisations de près de 40 000 kilomètres d’ici 2040. « Face aux enjeux de la transition écologique, l’hydrogène bas carbone est appelé à devenir un vecteur énergétique de premier plan pour atteindre les objectifs de neutralité carbone que l’Europe s’est fixée en 2050 », précise les opérateurs.


Pour que l’infrastructure de Fluxys et GRTgaz voit le jour, les deux entreprises ont lancé un appel à intérêt aux acteurs du marché. L’objectif : rassembler les projets de production et de consommation d’hydrogène bas carbone en émergence sur le territoire, pour créer un écosystème transfrontalier. Et ainsi garantir la sécurité d’approvisionnement, la flexibilité et le dynamisme territorial, grâce à une infrastructure mutualisée. « Ce partenariat permet d’apporter une nouvelle pierre à l’édifice dans la construction d’un marché européen de l’hydrogène et de la décarbonation de notre économie, estime Thierry Trouvé, directeur général de GRTgaz. Il va contribuer à favoriser l’écosystème hydrogène et à dynamiser économiquement la région transfrontalière de Valenciennes. »


Si l’intérêt économique de ce projet est confirmé, les opérateurs lanceront les premières études techniques. « Notre ambition est d’aider le marché de l’hydrogène à se développer rapidement, précise Pascal De Buck, CEO de Fluxys. Grâce au développement de nos infrastructures, nous voulons faire de la Belgique un hub d’importation et de transport au sein d'une colonne vertébrale de l'hydrogène, à l’échelle européenne. »

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Ruralitic
Du 23 au 25 août 2022
Tournée de la Transition Energétique - Clermont Ferrand
Le 13 septembre 2022
SIBCA
Du 22 au 24 septembre 2022