LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Risque de sécheresse : le gouvernement débloque 100 M€ supplémentaires

Gestion de l'eau

Cette manne permettra aux agences de l’eau d’engager des actions complémentaires aux décisions prises lors du Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique. Tous les acteurs du suivi hydrologique sont désormais mobilisés pour gérer au mieux le risque de sécheresse.

Rimg0
Le Premier ministre Jean Castex lors du Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique en février dernier.

Faute de pluies suffisantes pour recharger les nappes phréatiques durant l’hiver, la France risque de connaître des épisodes de sécheresse importants dans les mois qui viennent. D’autant plus que, selon les prévisions de Météo France, le printemps devrait être plus chaud et sec que la normale. Du reste, plusieurs départements sont déjà en alerte et ont commencé à mettre en place des restrictions d’eau.

 

Dans ce contexte, les pouvoirs publics sont à pied d'œuvre pour permettre aux collectivités d'anticiper au mieux la situation. Ainsi, le gouvernement vient de décider d’augmenter pour 2022 de 100 millions d’euros le plafond de dépenses des agences de l’eau, afin qu’elles puissent lancer des actions complémentaires aux décisions adoptées lors du Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique.

 

Les principaux usages envisagés pour ces fonds concernent notamment l’accompagnement des filières agricoles dans leur stratégie d’adaptation au changement climatique, et l’amélioration de la résilience des territoires dans leur gestion de la ressource en eau (entre autres, grâce à l’optimisation des retenues existantes et la création de nouvelles retenues). L’objectif est également de soutenir les collectivités territoriales dans leurs initiatives visant à économiser l’eau (lutte contre les fuites dans les réseaux, interconnexions de sécurité) et d’améliorer l’aménagement des milieux naturels pour garantir la pérennité des usages (notamment la désimperméabilisation des espaces urbains par la création d’infrastructures naturelles favorisant le rechargement des nappes et réduisant la pollution des eaux).

 

Une carte des territoires à risques présentée fin mai

Cette décision fait notamment suite à la réunion du CASH (Comité d'Anticipation et de Suivi Hydrologique), mi-mars, qui avait permis de faire le point sur la situation hydrologique du pays. A cette occasion, Bérangère Abba, secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité, avait rappelé que la situation devait être réévaluée plus finement à la fin du printemps et avait souligné l’importance des travaux de prévision menés par les partenaires du projet de recherche national AQUI-FR (qui vise à permettre un suivi et une prévision de la ressource en eau souterraine) et les établissements en charge de la surveillance de la ressource en eau (Météo France, BRGM, OFB, VNF, EDF).

 

Du reste, sur la base de ces travaux, une carte des territoires présentant des risques de sécheresse pour cet été sera établie et présentée lors de la prochaine réunion du CASH prévue fin mai. A noter par ailleurs que les arrêtés de restriction de prélèvements d’eau sont désormais accessibles sur le site Propluvia (http://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/propluvia/faces/index.jsp). Enfin, un système d’alertes personnalisées en ligne est actuellement en préparation.

 

Lire également notre dossier : « Comment adapter la ville et les territoires aux effets du changement climatique ? » dans Smart City Mag N°44.

 

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Ruralitic
Du 23 au 25 août 2022
Tournée de la Transition Energétique - Clermont Ferrand
Le 13 septembre 2022
SIBCA
Du 22 au 24 septembre 2022