LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

GeoSud92 : le nouveau projet de géothermie des villes de Fontenay-aux-Roses, Sceaux et Bourg-la-Reine

Géothermie

Le projet qui vise le raccordement d’environ 15 000 logements à la géothermie d’ici à 2028 permettra de proposer aux administrés des trois villes une énergie de chauffage plus verte, plus locale et moins coûteuse.

Rimg0
Crédit photo : Sipperec

Fontenay-aux-Roses, Sceaux et Bourg-la-Reine s’unissent autour d’un vaste projet de géothermie. Accompagnées par le Sipperec (1), ces trois collectivités du sud de la région parisienne viennent d’acter la création de GéoSud92, une Société Publique Locale qui vise à encadrer le forage de plusieurs puits géothermiques afin d’alimenter en chaleur des logements et des infrastructures.

 

« Les travaux de forage des puits géothermiques débuteront au quatrième trimestre 2025 sur le complexe sportif du Panorama à Fontenay-aux-Roses. Le réseau de chaleur sera déployé à partir de 2026 sur Fontenay-aux-Roses d’abord, avec entre autres le raccordement de la zone d’aménagement concertée (ZAC) Paradis, puis à Sceaux en 2027 et à Bourg-la-Reine en 2028. Les premières livraisons de chaleur devraient intervenir en 2027. Au total, ce sont près de 63M€ qui seront investis pour concrétiser la transition énergétique sur ces trois communes », détaille le Sipperec dans un communiqué.

 

Une énergie plus verte, moins chère et maîtrisée

À terme, ce projet doit permettre d’alimenter l’équivalent de 15 000 logements sur les trois villes. À cet effet, GeoSud92 devrait déployer près de 20 km de réseau pour acheminer la chaleur, en plus du forage des puits. Le projet devrait ainsi permettre d’éviter l’émission de près de 16 600 tonnes d’équivalent CO2 par an, soit l’impact de 10 000 voitures.

 

Au-delà de l’aspect environnemental, cette initiative va permettre aux trois villes de mettre en place un circuit d’énergie locale et renouvelable à un prix plus juste, estimé sur le long terme à environ 100€/MWh, soit 10 à 15% moins cher qu’un chauffage au gaz individuel. « Concrètement, les usagers s’acquitteront d’un " abonnement " indexé sur les coûts d’investissements et stable dans le temps, qui représentera entre 60 et 75% de la facture totale, le reste couvrira les coûts d’exploitation. L’usager raccordé à la géothermie sera ainsi moins impacté par la variabilité du prix des énergies sur les marchés qu’un usager chauffé au gaz ».

 

(1) Syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour les énergies et les réseaux de communication

 

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Le Congrès de la FNCCR
Du 26 au 28 juin 2024
Les Ateliers du Smart Cities Tour Val d'Oise Numérique
Le 10 septembre 2024
Assises de l'IA et des Territoires - 4ème édition
Le 2 octobre 2024