LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Pourquoi la disponibilité des points de recharge électriques publics est en baisse ?

Bornes de recharge

Alors que le nombre des points de recharge public ne cesse d’augmenter, leur disponibilité est en baisse. En cause : des projets parfois mal gérés, de la conception à la maintenance, estime le cabinet Mobileese.

Rimg0
François Gatineau, président du cabinet de conseil et bureau d’études Mobileese.

Il y a toujours plus de points de recharge publics pour les véhicules électriques, mais leur disponibilité (le pourcentage d’accès à ces bornes) est en baisse. C’est ce que montre le dernier baromètre de l’Avere France qui étudie le déploiement des points de recharge électriques à travers l’Hexagone. En 2023, le précédent rapport recensait 85 284 points de recharge ouverts au public avec 85% de disponibilité. Un an plus tard, la disponibilité est tombée à 81% pour 120 354 points de recharge. A noter qu’il n’est ici question que des points de recharge publics.

 

Pour François Gatineau, président du cabinet de conseils et bureau d’étude Mobileese, spécialisé dans les projets de mobilité électrique, ce constat est malheureusement alarmant, et ce pour plusieurs raisons. « Le manque de disponibilité des bornes a plusieurs impacts. Déjà, il y a un problème d’image pour les collectivités quand les usagers font face à un service dégradé qui les pénalise directement. Ils perçoivent une certaine dissonance entre la volonté de favoriser l'électrique et un manque d’infrastructure ». L’autre problème est d’ordre purement sécuritaire. « On a affaire à des installations dégradées qui, en plus de ne pas fonctionner, font peser sur l’usager un risque sévère d'électrocution ou d’incendie », précise François Gatineau.

 

Des infrastructures mal désignées et mal installées

Pour expliquer ce phénomène, il avance la relative jeunesse du secteur qui doit faire face à un manque cruel de compétences et de formation. « Nous faisons face à deux problèmes quant à la disponibilité des points de recharges. D’abord, nous sommes confrontés à des infrastructures qui sont parfois mal désignées et mal construites, et ensuite, à des lacunes sur les opérations de maintenance ».

 

Sur les phases d’installation et de design, le dirigeant rappelle que les points de recharge restent des technologies qui nécessitent des compétences particulières, notamment en matière de gestion du réseau électrique. Aujourd’hui encore, il estime que beaucoup d’installations sont mal réalisées par manque de compétences. « On peut avoir des circuits qui sont mal branchés et qui lâchent dès la mise en tension », illustre François Gatineau.

 

Des défaillances mal anticipées

D’autre part, il observe que l’offre de dispositifs existant sur le marché est très inégale. « Nous voyons aujourd’hui des acteurs qui proposent des produits qui n’apportent pas des garanties suffisantes en termes de durabilité, aussi bien chez des acteurs historiques que des nouveaux entrants ».

Du côté de la maintenance, François Gatineau note également certains manquements de la part des opérateurs. « Il y a par exemple des points de recharge qui sont connus pour avoir certaines défaillances à partir d’un moment et nous voyons encore des entreprises qui ne tiennent pas compte de ces connaissances pour anticiper les pannes ».

 

Heureusement, ce constat n’est pas une fatalité. « Nous sommes encore sur un marché très jeune qui est en voie de structuration. Les choses vont bien sûr s’améliorer à l’avenir », estime François Gatineau. Pour lui, il est très important de prendre le temps et de ne pas chercher à aller trop vite dans le déploiement des points de charge. « On parle d’investissements qui doivent être faits pour durer dans le temps. Il vaut mieux bien anticiper et dépenser un peu plus au départ que d’avoir à réinvestir plus tard pour remettre en l’état des infrastructures qui n'auraient jamais dû tomber en panne ». Il rappelle également que plusieurs schémas directeurs plutôt aboutis ont déjà été mis en place par le législateur et que ceux-ci peuvent servir de base solide pour améliorer le déploiement des points de recharge.

 

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Les Ateliers du Smart Cities Tour de Noisy-le-Grand
Le 23 mai 2024
Salon de l'Association des Maires de France (AMIF)
Du 28 au 29 mai 2024