LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Qu’est-ce que le « cloud de confiance » de Bleu, co-entreprise d’Orange et Capgemini ?

Cloud computing

Bleu va proposer fin 2024 les premiers services de son offre « cloud de confiance », tout en visant la qualification SecNumCloud de l’ANSSI. Elle doit répondre aux attentes d’organisations publiques, dont les collectivités, pour des services cloud sécurisés et garantissant une totale immunité vis-à-vis des lois extraterritoriales, bien qu’exploitant les solutions Microsoft Office 365 et Azure. Explications.

Rimg0

Utiliser Microsoft Office 365 ou Azure via une plateforme cloud dotée de serveurs localisés en France et proposée par une entreprise 100% hexagonale, afin de se protéger des lois extraterritoriales (Cloud Act et Patriot Act). Tel est le créneau de la nouvelle société " Bleu ", co-entreprise créée par Orange et Capgemini.


« Nous allons proposer, notamment aux collectivités, un service cloud techniquement à l’état de l’art et doté des plus hauts niveaux de sécurité et de confiance. L’objectif est que nos clients ne s’inquiètent plus des questions de sécurité ou d’immunité vis-à-vis des lois extraterritoriales », résume Jean Coumaros, président de Bleu.


Pour cela, la co-entreprise est en train de construire deux data centers en Île-de-France et dans le sud de l’Hexagone (en redondance). Deux autres centres de données seront également construits d’ici deux ans. Afin de proposer un « cloud de confiance », Bleu entamera le processus de qualification SecNumCloud 3.2, qualification de sécurité et de souveraineté proposée par l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information). Plus précisément, Bleu entamera le processus de qualification dans les prochains mois. Les premiers services de son offre sont attendus pour la fin d’année.


Office 365 et Azure sans passer par Microsoft

Cette infrastructure 100% française va permettre à Bleu de proposer une offre cloud exploitant des licences Microsoft pour la couche logicielle, mais sans aucune autre intervention de l’éditeur américain, afin donc de garantir l’immunité vis-à-vis du Cloud Act et Patriot Act. « Les serveurs sont en France, notre entreprise est 100% française, sans aucune activité ou présence internationale. Et nous n’aurons aucun client en dehors de la France », précise Jean Coumaros.


Cette offre sera structurée en deux volets. Le premier volet est l’accès à la suite Office 365, incluant notamment Teams et les outils bureautiques classiques (Word, Excel, Powerpoint …). Elle ne devrait cependant pas intégrer l’outil d’IA générative Copilot, du moins pas au départ. « Nous avons d’abord besoin de nous assurer que Copilot respecte tous les critères de confiance de SecNumCloud », poursuit Jean Coumaros.


Le deuxième volet de l’offre sera basé sur Microsoft Azure, la plateforme cloud de Microsoft, avec des services IaaS (Bleu gère les serveurs, les couches de virtualisation, le stockage et le réseau), PaaS (l’IaaS plus de Middleware) et le SaaS (applications hébergées avec une future marketplace pour des applications de partenaires dans des domaines comme les RH, la finance, la relation client, etc.)

 

Pas de concurence directe avec Microsoft

Cette offre s’adressera aux collectivités territoriales, mais aussi aux services de l’État, aux hôpitaux et autres établissements de santé, ainsi qu’aux entités publiques ou privées reconnues comme Opérateurs d’Importance Vitale (OIV) ou Opérateurs de Services Essentiels (OSE).


« Nous avons identifié des besoins auprès de ces acteurs auxquels notre offre répond. Ils n’auront plus à faire de compromis entre l’innovation technique d’un côté et de l’autre : la sécurité et la confiance », précise Jean Coumaros. « Nous avons déjà rencontré plusieurs prospects qui ont manifesté leur intérêt pour notre offre, dont des départements, des régions ou des communes, notamment la Seine-Maritime », confie le dirigeant.


Côté tarifs, Bleu évoque des formules légèrement plus chères qu’en passant par Microsoft mais restant tout de même compétitives. « Il ne s’agit pas d’une concurrence directe avec Microsoft, car nous ne répondons pas à la même demande », conclut Jean Coumaros.


L’éditeur américain se félicite d’ailleurs du lancement de cette nouvelle offre, qui devrait populariser ses solutions auprès de certains acteurs publics. «À travers ce partenariat stratégique, nous sommes heureux de soutenir les efforts de transformation numérique de la France pour sa réussite à long terme, en favorisant la création de services performants et modernes », a déclaré Judson Althoff, Vice-président Exécutif, Chief Commercial Officer de Microsoft, dans un communiqué.

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
REX | Territoires connectés et durables
Du 26 au 27 mars 2024
Les Rencontres cloud, datacenters, territoires & des données souveraines - 3ème édition
Le 3 avril 2024