LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

[Ateliers du Smart Cities Tour] : les clés pour mener à bien les projets de territoire connecté et durable

Evènement

Le 13 septembre dernier, Granville (département de la Manche) accueillait les premiers "Ateliers du Smart Cities Tour", co-organisés par Smart City Mag, InfraNum et la FNCCR. Un événement itinérant dont l’objectif est de favoriser le partage des bonnes pratiques entre des élus et cadres de différentes collectivités territoriales.

 

Le syndicat Manche Numérique et d’autres intervenants y ont partagé leurs expériences en matière de territoire connecté et durable. Des prises de paroles complétées par des "ateliers" où le public a pu s’entraîner à mener des projets autour de l’éclairage public, de l’eau, de la gestion des déchets et de la qualité l’air.

Rimg0
Antoine Delaunay, Président de Manche Numérique : « Nous sommes le seul département à disposer de son propre réseau fibre ». Outre le raccordement des bâtiments publics, ce réseau sert à connecter des foyers et des entreprises, avec un total de 83 000 abonnés. Après le déploiement de l’infrastructure, l’enjeu est aujourd’hui d’en développer les usages. « Près de 40 % des entreprises raccordables ne le font pas car les usages ne leur paraissent pas évidents ». Antoine Delaunay a également annoncé le lancement prochain d’un schéma directeur des réseaux d’objets connectés, visant à développer l’IoT sur le département.
RTimg0
Rimg1
Ilham Djehaïch, Directrice Générale d’Altitude Infra THD, délégataire de la DSP de la Manche : « Nous exploitons le réseau fibre du département de la Manche avec un objectif de qualité. Elle est aujourd’hui au-dessus de la moyenne nationale». Ilham Djehaïch a précisé que le dérèglement climatique et ses épisodes de fortes chaleurs constituent désormais une menace pour cette haute qualité du réseau. « L’enjeu d’hier c’était le déploiement de la fibre. Celui d’aujourd’hui est la résilience, face au changement climatique, mais aussi au vandalisme ».
RTimg1
Rimg2
« Comment un territoire devient connecté et durable ? ». La première table ronde avait pour objectif de répondre à cette question. « Depuis quelques mois nous avons décidé de séparer l’infra de la stratégie des usages qui reste portée par les collectivités. Notre syndicat est ainsi un opérateur de services, qui répond aux besoins des collectivités, en cherchant à mutualiser les solutions», a résumé Grégory Mendez DGA de Manche Numérique. « Les premiers usages étaient centrés sur la connexion des collèges et autres bâtiments. Aujourd'hui nous allons vers des services tels que la signature électronique et nous travaillons aussi sur les usages liés aux objets connectés. »
RTimg2
Rimg3
Isabelle Mathé - Directrice Régionale Territoires Intelligents d’Orange : « Hexadone, notre co-entreprise créée avec la Banque des Territoires, propose une plateforme de données intégrant des usages prédéfinis, par exemple autour du covoiturage. Elle intègre également un hyperviseur pour gérer les différents systèmes de manière centralisée ». / Bertrand Blaise - Directeur développement et grands projets de Sogetrel : « notre approche est de réutiliser autant que possible l'existant, pour des raisons de développement durable. Côté usages des réseaux, après la vidéoprotection, la demande des territoires s’oriente aujourd’hui vers la performance énergétique ainsi que la gestion des ressources, notamment la surveillance des réseaux d’eau».
RTimg3
Rimg4
Olivier Legros - Directeur général des services de Val de Loire Numérique a évoqué le Schéma directeur Smart Val de Loire qui vise à structurer la démarche smart city du territoire. « Les premiers cas d’usages identifiés sont : l’environnement et la transition énergétique, la gestion des mobilités pour les habitants et les visiteurs, la prévention des risques naturels et le tourisme ». / Séverine Reynaud, Vice-Présidente du conseil départemental de la Loire a précisé que : « parmi les usages du territoire connecté, nous travaillons sur l'exploitation des objets connectés à destination des personnes âgées pour faciliter leur maintien à domicile. Nous déployons aussi des chaudières numériques sous la forme de serveurs informatiques qui chauffent les bâtiments ».
RTimg4
Rimg5
Pourquoi certains projets de smart city échouent ? Jean-Baptiste Poljak - CEO et fondateur d’Upciti, a partagé des éléments de réponse à cette question. « Pour les villes petites et moyennes, les projets numériques ne sont pas bloqués par la volonté politique, mais bien souvent par le fait qu’il y a trop d'intervenants à gérer ». Selon Upciti : dans 62 % des cas, le projet a été annulé ou reporté parce que la collectivité n’a pas réussi à mobiliser leurs prestataires privés existants. Le budget n’intervient que dans 45 % des situations. Et le projet n’a pas obtenu le "GO" du conseil municipal ou du maire que dans 15 % des cas.
RTimg5
Rimg6
En fin de matinée, les ateliers participatifs ont permis au public de travailler sur quatre thématiques : l’éclairage, l’eau, les déchets et la qualité l’air. Des groupes de 8 personnes ont travaillé sur des questions comme : quelles sont les attentes/craintes des citoyens, des agents, des élus et des autres instances des territoires autour de ces solutions ? Quels sont les freins à leur mise en place ? Comment fonctionnent-elles et quels en sont les principaux bénéfices ?
RTimg6
Rimg7
La 2e table ronde a été l’occasion d’évoquer des bonnes pratiques concernant les projets smart. « Le principal frein est bien souvent organisationnel plus que technique », a souligné Jerome Lamache (à gauche) - Directeur des Services numériques aux territoires chez Manche Numérique. / Cédric Grenet Directeur du Numérique de Caux Seine agglo (au centre) : « La ville intelligente repose sur l'intelligence collective. Cela signifie que les données doivent être partagées entre les différentes directions». / Alain Lechevalier, vice-président du Sdem50 (à droite) : « l’éclairage connecté à l'armoire facilite les opérations de maintenance et sert à réduire la puissance de l'éclairage en cœur de nuit. Bientôt, on peut imaginer qu'un acteur comme EDF puisse prendre la main sur le système en cas de pic, pour soulager le réseau électrique ».
RTimg7
Rimg8
Quelle organisation territoriale adopter pour déployer des projets ? Telle était le thème de la dernière table ronde de l’évènement. « Il n'y a pas de statut juridique spécifique pour porter des projets smart city. Mais une des tendances est d'avoir recours à des structures existantes, comme les syndicats mixtes, plutôt que de recréer une nouvelle structure », a tout d’abord indiqué Audrey Maurel, Avocate associée d’INLO./ Une approche confirmée par Philippe Letenneur - Président de la commission Infrastructures de Manche Numérique. « Nous sommes identifiés sur le territoire comme un acteur capable de porter les projets de ville intelligente. Cette confiance vient notamment du réseau fibre que nous avons réussi à déployer ».
RTimg8
Rimg9
Maxime Delplanque (à gauche) - Chef de projet Vendée Territoire Connecté du syndicat Vendée Numérique : « nous avons adopté une approche de souveraineté et de sécurité dès le début du projet, en déployant notre propre réseau de fibre optique départemental et en travaillant sur la propriété de la donnée ». / Jean-Luc Sallaberry - Chef du Département Numérique de le FNCCR (à droite) : « Il faut des projets intégrants, dès le départ, de la souveraineté, mais aussi de la mutualisation et de l'interopérabilité. Il faut également travailler avec les territoires avoisinants pour mutualiser les ressources et les développements. Il faut jouer collectif ! »
RTimg9
Rimg10
En introduction de cette journée, Philippe Legrand Président d'InfraNum et ancien directeur du syndicat mixte Manche Numérique est revenu sur l’aspect « pionnier » du déploiement de la fibre optique sur ce territoire. Il reste encore aujourd’hui le seul département à disposer d’un réseau fibre optique géré en propre, avec déjà plus de 60% des raccordements réalisés et l’objectif de couvrir 100% du territoire en 2025. Manche Numérique est également l’unique syndicat mixte en France à avoir mis en place une activité d’opérateur commercial, baptisé "Manche Num Op".
RTimg10
Le magazine

Dans Smart City Mag, retrouvez nos dossiers, enquêtes, reportages, interviews... sur les smart cities, en France comme à l'étranger.

Toutes vos formules d'abonnement donnent désormais accès aux archives numériques du magazine sous forme de liseuse et de pdf à télécharger. L'achat au numéro d'exemplaires papier vous donne également accès aux version numériques du magazine (liseuse + pdf téléchargeable).

Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Les Ateliers du Smart Cities Tour Val d'Oise Numérique
Le 10 septembre 2024
Assises de l'IA et des Territoires - 4ème édition
Le 2 octobre 2024
Journée régionale Territoires & Mobilités
Le 15 octobre 2024