LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Éolien en mer : la bouée OCG-DATA va être mise à l’eau au large de Port-La Nouvelle

Eolien

La mise en service de cette bouée de collecte de données constitue la toute première opération menée à Port-La Nouvelle, en lien avec le développement de l’éolien en mer flottant. Les objectifs sont divers : mesure précise du vent, connaissance de la biodiversité. Explications.

Rimg0

Spécialisée dans le développement de solutions innovantes dans le domaine de l’éolien flottant, l’entreprise Ocergy a mis au point une bouée destinée à collecter des données en matière de biodiversité (dans et hors de l’eau) et de géophysique (courants, vents…), avec l’aide d’un consortium d’industriels et d’universitaires d’Occitanie (Université de Perpignan Via Domitia, Ecocéan, Tacchyssema, Sens Of Life).

 

Fin janvier, la première bouée « OCG-DATA » a été inaugurée sur le quai éolien du port de la ville par : Carole Delga, présidente de la région Occitanie, aux côtés notamment d’Henri Martin, maire de Port-La Nouvelle, de Dominique Roddier, PDG d’Ocergy, de Didier Codorniou, président de la SEMOP Port-La Nouvelle et d’Olivier Ruth, directeur général d’Euroports France. La mise à l’eau aura lieu dans les semaines à venir, en fonction des conditions climatiques, pour une mise en service prévue en mars.

 

Mesurer le vent et évaluer la biodiversité

« Pour installer des éoliennes flottantes dans de bonnes conditions, il faut disposer de données fiables sur le contexte environnemental du site concerné », a expliqué lors de l’inauguration : Philippe Jean, engeneering manager chez Ocergy. « Le premier besoin est de mesurer précisément le vent afin de démontrer la rentabilité du projet auprès des financiers ». Pour y parvenir, le déploiement d’une bouée suffisamment grande et stable, dotée de colonnes assez fines, permet de limiter les erreurs de mesure liées aux mouvements de l’eau.

 

Mais, au-delà de ce besoin de base, la bouée OCG-DATA (qui est financée à 70% par les partenaires et à 30%par l’État) servira des objectifs très larges. Par sa taille et sa capacité à embarquer de nombreux capteurs, elle permettra d’améliorer l’évaluation des ressources marines et la compréhension des écosystèmes avant l’installation d’éoliennes en mer. « Un projet de ce type nécessite en effet de faire un état des lieux environnemental de la biodiversité (dans l’air et sous l’eau) existante sur le site afin de pouvoir étudier l’impact de l’équipement ultérieurement », poursuit Philippe Jean.

 

Un équipement muni de nombreux capteurs

Sur la bouée sont installés un LiDAR (pour mesurer le vent), un radar bande S (pour déterminer la trajectoire des oiseaux), un microphone aérien (surtout utile la nuit), des caméras (y compris infrarouge pour reconnaître les espèces d’oiseaux et les compter), un GPS et une station météo (indiquant la pression, la température et l’humidité).

 

À l’intérieur, on trouve une centrale inertielle (mesurant les mouvements de la boue), des ordinateurs, des batteries (pour stocker l’énergie produite par des panneaux photovoltaïques et de petites éoliennes), et un système de contrôle. Enfin, sous l’eau, un sonar (chargé de repérer les espèces qui approchent), deux réseaux d’hydrophones (permettant notamment d’écouter les gros mammifères marins comme les cachalots, baleines et dauphins) et des caméras sous-marines (permettant de filmer la colonisation de la bouée) sont présents.

 

Ce projet d’envergure constitue la toute première opération menée à Port-La Nouvelle en lien avec le développement de l’éolien en mer flottant. Après la mise à l’eau de la bouée, la prochaine étape sera, dès cette année, la construction de flotteurs et l’assemblage de 6 éoliennes flottantes qui seront installées au large de Gruissan et de Leucate/Barcarès dans le cadre d’une phase d’expérimentation.

 

À l’issue de celle-ci, la construction de fermes d’éoliennes pourra débuter dans les zones définies en Méditerranée (dont une se situera au large de Port-la-Nouvelle, à 22 km des côtes). Pour rappeler, l’objectif de mise en service de ces fermes d’éoliennes est fixé à 2030.

Le magazine

Dans Smart City Mag, retrouvez nos dossiers, enquêtes, reportages, interviews... sur les smart cities, en France comme à l'étranger.

Toutes vos formules d'abonnement donnent désormais accès aux archives numériques du magazine sous forme de liseuse et de pdf à télécharger. L'achat au numéro d'exemplaires papier vous donne également accès aux version numériques du magazine (liseuse + pdf téléchargeable).

Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Les Ateliers du Smart Cities Tour Val d'Oise Numérique
Le 10 septembre 2024
Assises de l'IA et des Territoires - 4ème édition
Le 2 octobre 2024
Journée régionale Territoires & Mobilités
Le 15 octobre 2024