LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

[Smart Cities Tour] Angers Loire Métropole : l’ambition d’un territoire intelligent

Evènement

Après trois reports de date, dus à la situation sanitaire, le Smart Cities Tour faisait étape à Angers le 9 septembre dernier. L’occasion de revenir sur ce projet sans équivalent en France, de par son ampleur. Parmi les sujets évoqués durant cette journée d’échanges : la réorganisation des services dans un projet smart, le choix des plateformes numériques, ou encore le financement des projets. Extraits choisis, en attendant le compte rendu complet, à paraître dans le numéro d’octobre de Smart City Mag.

Rimg0
« Avec ce projet nous voulons atteindre avant tout un objectif de qualité de vie. Il répond à trois principaux enjeux : l’urgence climatique, l’urgence financière et l’urgence démographique », a déclaré en introduction : Constance Nebbula, Élue de la ville d’Angers et d’Angers Loire Métropole déléguée à la transition numérique et au territoire intelligent, Vice présidente de la région Pays de la Loire et présidente d’Angers Technopole. « Nous avançons en marchant. C’est un projet sans équivalent, basé sur un format innovant de contrat global de performances, qui se concrétise au fur et à mesure ». Ce contrat a été confié à un consortium composé d’Engie, Suez, La Poste et le groupe VYV.
RTimg0
Rimg1
La transition écologique est un des axes du projet Smart city porté par la métropole du Maine-et-Loire. Jusqu’à 178 millions d’euros vont ainsi être investis sur 12 ans, pour financer notamment la modernisation de l’éclairage public (120 millions environ). Grâce au Smart Lighting, la consommation énergétique de ce réseau devrait baisser de 66 %. Le projet prévoit également une réduction de 20 % réduction de la consommation des bâtiments et de 30 % de la quantité d’eau utilisée pour l’arrosage des espaces verts.
RTimg1
Rimg2
Lors la première table ronde, Richard Thibaudeau, Directeur Général Adjoint d’Angers-Loire Métropole (à gauche de l’image) a souligné l’impact du projet sur l’organisation interne des services. « Nous avons mis en place un comité permanent du territoire intelligent qui se réunit tous les 15 jours, ainsi que des pilotes d’opérations dans les services possédant des homologues dans le groupement d’Engie. C’est un modèle collaboratif qui s’est construit au fil de l’eau. L’humain est au cœur du projet. La technologie vient après ».
RTimg2
Rimg3
Olivier Koch, Directeur Général France et Suisse de PARK NOW (récemment racheté par le groupe EasyPark), a rappelé les bénéfices du paiement du stationnement sur mobile pour les collectivités. « Outre le service rendu aux citoyens, des solutions comme la nôtre facilitent le déploiement des zones de stationnement payant, car il n’y a pas de gros travaux en génie civil. Notre plateforme permet également de collecter des données, qui peuvent servir par exemple à développer des services de guidage vers des places disponibles. » PARK NOW a également mis en avant la nécessité d’ouvrir davantage ce marché à la concurrence, pour que plusieurs opérateurs puissent proposer leurs services sur un même territoire, ce qui n’est pas toujours le cas.
RTimg3
Rimg4
Durant la deuxième table ronde, Laurent Sorbier, Conseiller du président & Partner chez onepoint est revenu sur l’épineuse question de la gouvernance de la donnée, qui se pose nécessairement lors du déploiement de plate-formes numériques dans les territoires : « Les collectivités peuvent parfois se retrouver dans des situations difficiles, par exemple lorsque des acteurs, notamment de la mobilité, déploient des services sur le territoire sans partager leurs données. Même dans des DSP, des clauses doivent stipuler clairement que les délégataires doivent partager leur data. C’est un point de vigilance important lorsque l’on rédige les marchés publics ».
RTimg4
Rimg5
Lors de sa prise de parole, le groupement Engie est revenu sur la dimension collaborative du projet angevin. « C’est un projet que nous construisons ensemble. Chaque responsable du projet au sein du groupement possède son équivalent au sein de la collectivité afin de coordonner les actions », a souligné Santa Orsini Directrice groupement ENGIE Territoire Intelligent ALM chez ENGIE Solutions France. « D’ici la fin de l’année, la collaboration sera étendue aux citoyens qui disposeront d’un forum pour échanger sur le projet ». Il s’agira d’un lieu physique où les citoyens, mais aussi les entreprises ou les associations, pourront notamment participer à des ateliers et des démonstrations.
RTimg5
Rimg6
A l’occasion de la troisième table ronde, Emilie Coquel, avocate, Parme Avocats, a recommandé aux collectivités de se pencher « le plus tôt possible » sur les questions du montage juridique des projets Smart city. « Le marché global de performances, comme celui d’Angers ou de Dijon, suscite un vif intérêt auprès des collectivités, notamment car il permet de fixer des objectifs clairs, qui doivent être mesurables. Mais il existe trois autres grands types de montages : les expérimentations, les partenariats d’innovation (communes du Pays Haut Val d’Alzette (CCPHVA) ou les montages institutionnels basés sur un regroupement d’acteurs des territoires pour lancer des projets communs. Le choix du montage dépend des objectifs du projet ».
RTimg6
Rimg7
En conclusion de cette journée d’échanges, Jean-Luc Sallaberry, Chef du Département Numérique de la FNCCR, s’est exprimé sur la relative complexité des projets Smart city. Une complexité qui ne doit pas être un frein. « Il faut accepter cette complexité. Un des solutions pour y faire face est d’avoir une cohérence au niveau national, que les collectivités échangent entre elles et que les bonnes pratiques circulent. Il faut s’organiser entre collectivités territoriales, sans attendre l’aide de l’État ».
RTimg7
A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
SMCL - Salon des Maires et des Collectivités Locales
Du 16 au 18 novembre 2021
SIMI
Du 8 au 10 décembre 2021