LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Un numérique plus sobre car mieux codé, c'est possible

Transition énergétique

Cette tribune est rédigée par Frédéric Bardeau, Président co fondateur de Simplon

Rimg0

Dès 2015, la FING (Fondation Internet Nouvelle Génération) mettait le doigt sur le nœud du problème très clairement : « La transition écologique est l’horizon indispensable de nos sociétés, la transition numérique la grande force transformatrice de notre époque. La première connaît sa destination mais peine à dessiner son chemin ; la seconde est notre quotidien, une force permanente de changement mais qui ne poursuit pas d’objectif collectif particulier. L’une a le but, l’autre le chemin : chacune des deux transitions a besoin de l’autre ! ».

FB

Frédéric Bardeau, Président co fondateur de Simplon - Credit photo _ Thomas Chené pour APEC 

 

Aujourd’hui, on y est. Les acteurs publics, privés et associatifs tentent de conjuguer concrètement les enjeux de transition écologique et de transformation numérique - à moins que ce soit le contraire ? - et doivent le faire dans leurs choix au quotidien comme à l’aune des générations futures. Le “GREEN IT”, englobant la totalité de l’analyse du cycle de vie des services numériques, et d’autre part l’IT FOR GREEN sont les deux leviers principaux de cette articulation.


Le numérique est "le remède et le poison” aussi sur le plan environnemental et maintenant plus personne ne peut ignorer que “dématérialisation” ne signifie pas forcément “écologie”, que les équipements et les matériels d’abord, mais aussi les usages et le “nuage”, pèsent de plus en plus lourd dans la facture environnementale en termes de consommation d’eau, de ressources naturelles et d’énergie.
Pourtant, c’est du côté des GAFAM, notamment Microsoft et ses initiatives IA, qui sont en pointe sur les engagements et les technologies déjà à l’échelle, de cabinets de conseil spécialisés sur ces questions, et de communautés de geeks engagés à Nantes, Toulouse et en Ile de France que l’on propose des solutions très opérationnelles pour résoudre cette contradiction apparente entre écologie et numérique.


Les collectivités locales sont au coeur de ces défis qui relèvent à la fois du bon sens - le numérique est une ressource critique non renouvelable et donc la sobriété est le seul horizon réaliste – mais aussi d’une grande complexité dans la mesure des impacts réels, des effets rebond et des gains objectifs apportés aux habitants, aux entreprises et à la bonne gestion d’un territoire.


Certaines ont été pionnières comme la Bretagne sur l’inclusion numérique et l’exemplarité de l’administration, d’autres en ont fait un cheval de bataille et une stratégie offensive également côté développement économique comme la Nouvelle Aquitaine, qui travaille avec l’ADEME et l’Institut Numérique Responsable à sensibiliser via des ambassadeurs et à faire monter en compétences les agents et les entreprises, suscitant des référents “numérique responsable” dans les agglomérations, et accompagnant des villes comme Bordeaux ou Poitiers dans le cadre de leurs prérogatives.


L’Occitanie (mobilisation du Cluster Digital 113, formations Simplon entièrement dédiée au “green coding” et à l’éco-conception de services numériques à Carbonne) et Grand Est (Strasbourg, Nevers) ont pris des initiatives intéressantes et structurantes, mais c’est également en Nouvelle Aquitaine qu’on s’attaque à l’étape clé “maillon faible” du recyclage et du reconditionnement des équipements, qu’on déploie des pilotes ambitieux comme le projet LRTZC (La Rochelle Territoire Zéro Carbone) avec des outils numériques écoconçus et qu’on pousse le sujet fortement au niveau européen (ERRIN, DATA 4 REGION et bientôt DATA ACT), y compris en coopérant avec l’Espagne en mode transfrontalier.
Mais le mouvement est lancé, l’Etat fait sa part, le monde économique et les acteurs territoriaux se mobilisent et donc on peut imaginer autant qu’espérer, comme cela a déjà été le cas en France sur la formation (avec la Grande École du Numérique et ses déclinaisons régionales), la structuration de la filière de la médiation numérique et l’enseignement du numérique à l’école, que le rattrapage de son “retard’ fasse de la France un pays en avance sur ces sujets.

 

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Les Assises de l'Intelligence Artificielle et des territoires
Le 24 septembre 2021
La Mêlée Numérique, 21ème édition
Du 27 septembre au 2 octobre 2021
SMCL - Salon des Maires et des Collectivités Locales
Du 16 au 18 novembre 2021