LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

OnDijon : data, écologie et accélération des investissements pour la 2ème phase du projet

Transition énergétique

Après avoir interconnecté ses principaux systèmes (PC Sécurité, CSU, PC Circulation…) la métropole bourguignonne entend développer de nouveaux services exploitant de la data, sur des thématiques comme la relation citoyenne, la maintenance prédictive ou l’optimisation de la gestion des déchets. Outre le lancement de son application citoyenne, Dijon prévoit aussi en 2021 d’accélérer la rénovation de son éclairage public pour réduire sa consommation énergétique et réaliser des économies. Tour d’horizon de la phase 2 du projet phare de la smart city « à la française ».

Rimg0
La première rencontre pour le 2ème « Data Challenge OnDijon », un programme d’open innovation visant à imaginer ensemble les services de la ville de demain.

Depuis son lancement en 2017, OnDijon a été la principale référence française en matière de projets smart city de grande ampleur. Un titre désormais concurrencé par d’autres villes, à commencer par Angers, qui mise également sur la digitalisation d’un grand nombre de domaines (transport, sécurité, éclairage, relation citoyenne…) avec un budget dépassant la centaine de millions d’euros. Mais la métropole bourguignonne entend défendre son titre de poids lourd de la smart city française en passant cette année à la deuxième phase de son projet.
Techniquement, le plus difficile a été fait. En avril 2019, Dijon Métropole « allumait » ainsi son poste de pilotage connecté, véritable pierre angulaire du projet. Il réunit en sur seul site la plupart des services télégérés de la ville : éclairage public, vidéoprotection de bâtiments et de la voie publique, régulation du trafic routier, service « Allo mairie » (signalement citoyen d’incidents) et PC neige. Des services auparavant dispersés dans plusieurs bâtiments, désormais gérés via un hyperviseur qui interconnecte tous les systèmes. Cela permet de développer des synergies comme par exemple une adaptation en temps réel des carrefours à feux et du niveau d’éclairage pour faciliter l’intervention des secours en cas d’accident de la route.
« L’outil technique est désormais pleinement opérationnel, les équipes organisées et les process structurés », indique-t-on à Dijon Métropole. La première phase a donc porté sur l’interconnexion des systèmes, mais aussi la réorganisation des équipes et la mise en place de nouveaux processus. Près de 80 % des process internes ont ainsi été révisés, notamment dans la gestion des interventions des services voirie, des espaces verts ou de proximité. La première phase a également porté sur la migration de 3000 points lumineux vers la technologie LED, sur les 34000 que compte le réseau dijonnais d’éclairage public.

Accélération des investissements dans l’éclairage public

Pour la deuxième phase d’OnDijon, qui a démarré concrètement au printemps dernier, la métropole a décidé tout d’abord d’accélérer ses investissements dans la modernisation de son éclairage public. Le montant de cette « accélération » n’est pas communiqué. Mais il porte sur la rénovation de 10 000 points lumineux en 2 ans contre 5 000 prévus initialement. Rappelons que le modèle économique d’OnDijon est particulier puisqu’il est en partie basé sur de l’autofinancement. Le principe étant que les économies générées grâce au passage à la technologie LED participent au financement du projet. La première phase a permis de valider ce modèle et Dijon entend donc accélérer la modernisation de son éclairage public pour accélérer également les économies qu’elle génère. De quoi dégager au total près de 7,8 millions d’euros de gains de fonctionnement sur la période 2020 à 2026, indique la métropole. Sur 12 ans, ce sont plus de 16 millions d’euros que devrait économiser la collectivité (sur la base d’une augmentation du coût de l’énergie moyenne de +6 % par an).
La modernisation de son éclairage public permet également de renforcer sa politique en faveur de la transition énergique. D’ici fin 2022, Dijon métropole table sur 20 % d’économies d’énergie réalisées grâce à la rénovation de 13 000 luminaires. Ces économies devraient atteindre 45 % fin 2026 et d’ici 12 ans, le projet devrait permettre d’atteindre 65 % d’économies d’énergie.


Ouverture des données

La deuxième phase d’OnDijon intègre également un large volet dédié à l’exploitation de la Data. Dans les mois à venir la métropole va ainsi lancer sa plateforme open-data. Les prémices de cette ouverture des données sont déjà présentes dans la deuxième édition du « Data Challenge OnDijon », lancé en avril dernier. Il s’agit d’un programme d’open innovation visant à « imaginer ensemble les services de la ville de demain ». Concrètement, entre le 21 avril et le 14 juin, des startups vont pouvoir exploiter des jeux de data pour développer de nouveaux services. Les lauréats recevront notamment une subvention de 20 000 euros pour développer leurs solutions qui devront être opérationnelles d’ici début 2022.

Denis Hameau, conseiller communautaire de Dijon métropole, en charge du projet OnDijon

« Le data challenge doit permettre de faire de Dijon un véritable terrain d’expérimentation pour éprouver et valider des solutions qui pourraient être déployées à grande échelle », explique Denis Hameau, conseiller communautaire de Dijon métropole, en charge du projet OnDijon. Les thématiques de ce gros hackathon donnent une idée des orientations de la phase 2 d’OnDijon. Les participants vont devoir travailler autour de trois questions : « Comment prédire les dysfonctionnements des équipements publics ? » (maintenance prédictive) – « Comment optimiser la collecte des déchets pour améliorer la propreté de la métropole ? » (exploiter les demandes d’intervention des citoyens pour optimiser les collectes) – « Comment engager davantage les citoyens dans l’animation de l’espace public ? » (développer des solutions citoyennes innovantes). Avec ce dernier « défi » autour de la participation citoyenne, le Data Challenge prépare aussi le lancement de l’application citoyenne du projet OnDijon, également prévue dans les mois à venir. « En valorisant l’ouverture des données numériques issues des équipements publics, Dijon métropole souhaite également favoriser le dynamisme économique local et stimuler l’innovation territoriale et la créativité au service du bien commun », poursuit Denis Hameau.
Rappelons qu’OnDijon couvre 23 communes et est porté par un consortium composé de Bouygues E & S, Suez, EDF-Citelum et Cap Gemini. Le projet est doté d’un budget de 105 millions d’euros sur 12 ans, dont 53 millions d’euros d’investissements financés par la puissance publique : Dijon métropole, la ville de Dijon, la Région Bourgogne Franche-Comté et le Fonds européen de développement régional (FEDER).

 

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Ruralitic
Du 23 au 25 août 2022
RUGGEDISED la conférence finale
Le 6 septembre 2022
Tournée de la Transition Energétique - Clermont Ferrand
Le 13 septembre 2022