LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

La deuxième vie d’Autolib’ s’organise dans la périphérie parisienne

Bornes de recharge

L’ancien réseau de recharge du groupe Bolloré est utilisé dans une cinquantaine de communes de première et deuxième couronne pour bâtir de nouvelles infrastructures. En 2021, le Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l’Électricité en Île-de-France (Sigeif) va proposer un réseau de 700 points de recharge dont la moitié issue des vestiges d’Autolib’. Avec d’autres territoires limitrophes, le Sigeif compte ainsi mettre en place la plus large infrastructure de recharge publique d’Ile-de-France, en dehors de la capitale.

Rimg0

Fermé en 2018, Autolib’ poursuit sa seconde vie en tant qu’infrastructure de recharge pour développer l’électro-mobilité en Ile-de-France. À Paris, il a déjà servi de complément au réseau Bélib’ dont l’exploitation a été confiée au groupe Total en novembre dernier. Le géant pétrolier va étendre la voilure de cette infrastructure pour la porter à 2 300 points de charge, en plus du millier récupéré de l’ancien réseau exploité par le groupe Bolloré.
Mais Autolib’possède aussi une seconde vie en périphérie, qui va être de plus en plus exploitée en 2021. Le Sigeif (Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l’Électricité en Île-de-France) a en effet décidé d’accélérer le déploiement de son réseau de bornes. A la fin février, ce syndicat d’énergie prévoit de proposer 230 points de charge, contre 184 actuellement, sur 55 communes de la première et deuxième couronne. Un chiffre qui grimpera à 330 en mars, puis à 700 d’ici la fin d’année. « Environ la moitié de cette infrastructure est basée sur les anciennes bornes Autolib’, qui sont rénovées selon le principe du rétrofit avec des prises standard T2 et une puissance délivrée de 7,4kW, explique Guillaume Champvillard, chargé d’opérations mobilité électrique, du Sigeif. Le reste se compose de nouveaux équipements, avec au global environ 70 % de bornes normales jusqu’à 22 kW et 30 % de bornes rapides jusqu’à 50 kW. Ces nouvelles bornessont particulièrement innovantes, car il s’agit de bornes en courant continu, capables de délivrerde trois à sept fois plus d’énergie qu’une installationclassique. » Le groupe Bolloré avait installé environ 3 000 bornes en périphérie parisienne. Mais toutes ne peuvent pas être rénovées et certains emplacements ne sont plus jugés opportuns ou trop étroits, souligne le Sigeif.


Uniformisation des moyens de paiement avec les territoires limitrophes

Parallèlement à l’extension de son réseau, le Sigeif entend aussi en renforcer l’attractivité, notamment auprès des habitants des principaux territoires voisins. Depuis la mi-février, des habitants de Seine-et-Marne ou de Saclay peuvent en effet utiliser leurs cartes de recharge locales sur le réseau du Sigeif, sans surcoûts d’itinérance, ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent. Plus précisément, le syndicat a conclu un accord avec deux collectivités : la communauté d’agglomération Paris-Saclay et la communauté d’agglomération Rambouillet Territoires, ainsi que deux syndicats d’énergie, le Syndicat Départemental des Énergies de Seine-et-Marne (Sdesm) et le Syndicat mixte Orge-Yvette-Seine (SMOYS). Ces cinq acteurs ont également choisi un exploitant commun pour leurs réseaux de recharge. Il s’agit d’Izivia, filiale d’EDF. « Après l’uniformisation des moyens d’accès, la prochaine étape pourraitêtre d’homogénéiser nos tarifs », confie Guillaume Champvillard. En comptant les bornes déployées par l’ensemble de ces acteurs, le réseau opéré par Izivia devrait compter 1 400 points de charge à la fin 2021, ce qui en fera la plus large infrastructure de recharge publique d’Ile-de-France, en dehors de la capitale.

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Ruralitic
Du 23 au 25 août 2022
Tournée de la Transition Energétique - Clermont Ferrand
Le 13 septembre 2022
SIBCA
Du 22 au 24 septembre 2022