LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

L'Ardèche teste l’autopartage pour ses fonctionnaires

Autopartage

Près de 70 des 300 véhicules seront concernés dès mars. Une expérimentation qui pourrait être étendue à toute la population ardéchoise d’ici deux à trois ans.

Rimg0
Le siège du Conseil général de l'Ardèche, à Privas © Conseil général de l'Ardèche

L'Ardèche, c'est un département de 326 000 habitants accidenté, de la vallée du Rhône à la chaîne montagneuse des Cévennes, où 82 % des déplacements individuels se font par la voie routière.

Même si la compétence des transports publics en autocar a été totalement transférée aux régions (suite à la loi NOTRe de 2015), le sujet de l'autopartage est travaillé depuis deux ans et demi dans le cadre de la transition écologique. Et ce pour repondre à un besoin éphémère et ponctuel des agents qui n’ont pas de véhicule de fonction. Pour Laurent Ughetto « c’est pragmatique, tout simplement. Un agent est aujourd’hui quasiment obligé d’acheter une seconde voiture pour ses déplacements domicile-travail. Pour ensuite chercher une voiture du département qu’il utilise la journée... »

 

0,26 centime d’euros par kilomètre

La flotte du département de l’Ardèche est constituée aujourd’hui de 300 véhicules, dont une trentaine sont électriques (« le seul problème c’est l’autonomie, vu notre territoire »). Dès mars, 70 d’entre eux seront aussi utilisables par les fonctionnaires le soir et le week-end, hors service. Au prix de 0,26 centime d’euros par kilomètre, en illimité, avec un rayon d’utilisation possible de 50 kilomètres autour du domicile. Le logiciel de réservation des véhicules de la collectivité a été adapté. Les clefs du véhicule sont récupérées via des boîtes sécurisées préexistantes.

« Une des options, ensuite, c’est d'élargir à toute la flotte de véhicules du département. Avant peut-être, d’ici deux à trois ans, une ouverture à toute la population, projette Laurent Ughetto. On ne voudrait surtout pas concurrencer les loueurs de voitures, mais proposer des véhicules dans les endroits les plus reculés, pour le soir ou le week-end. Cela demande beaucoup de travail assuranciel cependant. »

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
La cybersécurité au service d’un développement cyber-résilient des villes et territoires
Le 9 mars 2021
Smart Cities Tour - Angers
Le 23 mars 2021
Smart Cities Tour - Arras
Le 1 juin 2021