LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Covoiturage : le programme AcoTE prolongé jusqu’à fin 2023

Covoiturage

Visant à réduire l’autosolisme et les émissions de gaz à effet de serre liées aux déplacements quotidiens, le programme AcoTE permet aux collectivités de pouvoir déployer des lignes de covoiturage financées par le dispositif CEE. L’Etat a décidé de prolonger l’opération d’un an.

Rimg0

Le programme AcoTE (prononcez “à côté”), visant à développer le covoiturage du quotidien en zones peu denses, est prolongé par l’Etat jusqu’au 31 décembre 2023. Lancé en 2020, ce dernier permet notamment aux collectivités de co-construire et expérimenter une solution de lignes de covoiturage mise en œuvre par La Roue Verte, dans le cadre de projets financés par le dispositif CEE (Certificats d’Economies d’Energie) et portés par CertiNergy & Solutions (filiale d’Engie) et l’ANPP (Association Nationale des Pôles territoriaux et des Pays).

 

« Nous avons un double objectif au travers de ce programme », explique Chloé Noual, directrice stratégie chez Certinergy & Solutions, « d’une part, sensibiliser les décideurs publics, élus et services des collectivités, aux bénéfices des lignes de covoiturage, et d’autre part aider à la co-construction de 100 lignes de covoiturage ». Actuellement, une quarantaine de projets sont en cours et 10 lignes sont ouvertes. Du reste, les quatre dernières viennent d’entrer en service le 23 mai dernier en Occitanie, dans le Pays Midi Quercy (nord-est du Tarn-et-Garonne). L’aboutissement d’un long travail, initié dès octobre 2020, qui a mobilisé une trentaine d’élus et d’agents du territoire, et qui a débouché sur la décision d’expérimenter quatre lignes de covoiturage reliant Nègrepelisse à Montauban. Ces dernières vont donc venir compléter l’offre publique de transport locale.

 

Identifier le coût du maintien de service

« Ce sont en effet des projets qui prennent du temps, il faut faire les études nécessaires pour définir les tracés des lignes », indique Chloé Noual, « ensuite, les collectivités intéressées doivent se positionner sur le lancement ou non d’une phase d’expérimentation et, le cas échéant, co-construire la campagne de communication associée ». Outre le financement apporté par le dispositif CEE, l’intérêt pour les communes réside aussi dans la simplicité de mise en œuvre. Elles n’ont pas de dossier à monter puisque les trois organismes menant les projets s’occupent de tout, instruction et financement compris. Bien sûr, à l’issue des expérimentations, la pérennisation des lignes de covoiturage mises en place induit un coût pour les collectivités. « Mais nous sommes là également pour les aider à identifier le coût du maintien de service », assure Chloé Noual.

 

Depuis 2020, le programme a permis de sensibiliser directement plus de 400 décideurs publics et de travailler sur la co-construction de 41 axes de covoiturage dans les territoires concernés. Outre le Pays Midi Quercy, les expérimentations en cours concernent le Pays de la Déodatie (dans les Vosges) et le plateau du Vercors. Les collectivités territoriales intéressées ont encore quelques mois pour profiter du programme AcoTE. « Cette prolongation doit permettre à de nouvelles collectivités territoriales souhaitant développer les mobilités partagées de pouvoir profiter du financement CEE », conclut Chloé Noual.

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Ruralitic
Du 23 au 25 août 2022
Tournée de la Transition Energétique - Clermont Ferrand
Le 13 septembre 2022
SIBCA
Du 22 au 24 septembre 2022