LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

MACF : l’Union Européenne avance pour prévenir les fuites de carbone

Transition énergétique

Dans le cadre de ses ambitions pour lutter contre le changement climatique, l’Union Européenne vient de franchir un nouveau pas. Un accord vient d’être trouvé pour prévenir les fuites de carbone, liées notamment aux importations de marchandises dans les pays ayant des politiques moins ambitieuses.

Rimg0
© Nick Humphries

« Prévenir les fuites de carbone et inciter les pays de l’Union européenne à mettre en place des politiques de tarification du carbone pour lutter contre le changement climatique. » C’est le but du « mécanisme d’ajustement carbone aux frontières » (MACF), dont le règlement vient d’être adopté par le Conseil européen. Un nouvel outil qui s’inscrit dans le cadre du paquet « Ajustement à l’objectif 55 », qui vise à réduire de 55 % les émissions de gaz à effet de serre au sein de l’UE, à l’horizon 2030.

 

Avec le MACF, l’objectif est de réguler les importations de produits à plus haute intensité de carbone « afin d'éviter que les efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre consentis par l'Union européenne ne soient neutralisés par l’importation de produits fabriqués dans des pays tiers, dont les politiques de lutte contre le changement climatique sont moins ambitieuses », précise le ministère de l’économie dans un communiqué. L’idée est ainsi de prévenir la délocalisation et l’augmentation des importations de produits dans 6 domaines : le ciment, l’aluminium, les engrais, l’énergie électrique, le fer et l’acier.


« Une incitation à limiter les émissions pour ces pays »

« Grâce à cet accord, nous disposerons d’un instrument permettant d’accélérer la décarbonation de notre industrie, tout en la protégeant d’entreprises de pays moins-disant en termes de lutte contre le changement climatique. C’est aussi une incitation pour ces pays à limiter davantage leurs émissions carbones », estime Bruno Le Maire, ministre de l’économie. Enfin, le MACF répond à « l’ambition européenne d’accélérer notre indépendance énergétique. » Cet outil fonctionnera en parallèle du système d’échange de quotas d’émission (SEQE) de l’UE, créé en 2005, qui impose un plafond d'émissions aux secteurs très émetteurs. Le MACF remplacera par ailleurs, de manière progressive, les mécanismes existants de l'Union, destinés à faire face au risque de fuite de carbone.

 

Les marchandises d’une valeur inférieure à 150 euros seront toutefois exemptées des obligations de cette mesure afin de « réduire la complexité administrative. » Environ un tiers des envois à destination de l'Union relèveraient de cette catégorie « mais leur valeur et leur quantité agrégées représentent une part négligeable des émissions de gaz à effet de serre sur le total des importations », assure le ministère de l’économie.


Créer un « club climatique »

Pour l’Union européenne, il reste toutefois quelques étapes à franchir. Notamment en ce qui concerne la limitation des fuites de carbone liées aux exportations. En parallèle, elle souhaite renforcer la coopération internationale dans le domaine de la tarification du carbone, via la création d’un « club climatique » par exemple, dans lequel les politiques de tarification pourraient être débattues.

 

Une proposition de la Commission européenne sur les ressources propres est également à l’étude et s’appuierait sur les revenus issus des ventes de certificats MACF. Lorsque le Conseil aura avancé sur ces points, les négociations débuteront avec le Parlement européen.

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Ruralitic
Du 23 au 25 août 2022
Tournée de la Transition Energétique - Clermont Ferrand
Le 13 septembre 2022
SIBCA
Du 22 au 24 septembre 2022