LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Il est temps pour les services publics d’adopter l’Edge Computing

Réseaux

Tribune rédigée par Adrian Keward, Chief Technologist de Red Hat

Rimg0
L’Edge computing permet de traiter, plus efficacement, certaines données à la périphérie des réseaux plutôt que dans le cloud ou des datacenters distants.

Selon MarketsandMarkets, le marché de l’Edge computing passerait de 2,8 millions de dollars en 2019 à 9 milliards en 2024. Cette technologie permet de traiter, plus efficacement, certaines données à la périphérie des réseaux plutôt que dans le cloud ou des datacenters distants. Les décisions sont ainsi prises sur la base d’informations en temps réel, générées par des capteurs et des dispositifs situés aux endroits les plus importants. Après avoir perçu la valeur que cette technologie apporte dans d’autres secteurs, il est temps pour les services publics d’envisager pour eux-mêmes, le recours à l’Edge Computing.

 

Une adoption croissante

Il y a trente ans, toute l’intelligence d’une organisation aurait été conservée dans des datacenters. Aujourd’hui, une partie de celle-ci peut être transférée sur des périphériques.

Les fournisseurs de réseaux mobiles sont probablement les pionniers en la matière. Ils utilisent l’Edge Computing pour rapprocher la puissance de traitement de la périphérie du réseau et ainsi réduire massivement la latence. Ils garantissent ainsi la vitesse et la disponibilité promises par la 5G. Cette technologie est également largement adoptée dans le secteur industriel. À partir des données générées par des capteurs situés sur les machines, les ingénieurs peuvent identifier et remédier aux erreurs éventuelles avant qu’elles ne deviennent problèmatiques. Ils réduisent ainsi le temps consacré à l’assurance qualité, accélèrent la mise sur le marché de leur production et réalisent des économies.

 

Gestion des villes intelligentes

En suivant cette logique, le meilleur cas d’utilisation de l’Edge Computing dans les collectivités est peut-être la gestion des villes intelligentes. Tout comme les compteurs intelligents seront, à terme, utilisés pour gérer la consommation d’énergie domestique, les dispositifs périphériques peuvent être utilisés pour améliorer divers aspects d’une ville.

Prenons l’exemple de la gestion de la circulation dans un centre-ville. Ce n’est qu’en connaissant le niveau de saturation en temps réel qu’il est possible de décider s’il faut fermer une route ou modifier les feux de circulation pour réduire les embouteillages. S’appuyer sur un traitement centralisé implique que les données seront toujours obsolètes. Le temps qu’elles soient traitées, le problème en question peut s’être déplacé ailleurs, avoir pris de l’ampleur ou avoir complètement disparu.

Mais en traitant les données au plus près que possible des routes et en y ajoutant tes technologies telles que l’IA et le Machine Learning, on peut donner un certain degré d’autonomie aux feux de circulation. En comprenant les causes et les effets de cas similaires antérieurs, et en apprenant ce qui est nécessaire pour y remédier, la combinaison des technologies permettra aux feux d’identifier le problème et de le solutionner en temps réel.

 

Efficacité et rentabilité

La gestion du trafic n’est qu’une des façons dont ces technologies de pointe peuvent être appliquées à la gestion d’une ville. On peut citer en exemple la surveillance des systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation dans les propriétés gérées par une municipalité pour une utilisation plus rentable de l’énergie. Ou encore l’analyse des changements de comportement des ménages et des entreprises pour une gestion plus efficace des déchets ou de l’eau. Mais l’Edge Computing peut également jouer un rôle à jouer dans la planification des services d’urgence. C’est ce qu’a notamment réalisé la ville japonaise de Fuji en installant des dispositifs à des endroits stratégiques qui captent en permanence diverses données environnementales. Les autorités sont ainsi capables de réagir presque instantanément en cas de tremblement de terre et déployer le personnel d’urgence là où il est le plus nécessaire à un moment donné.

 

Mais ce n’est un secret pour personne que les services publics ne disposent pas toujours du budget ou des ressources nécessaires pour mener à bien tous leurs projets. Cependant, un système automatisé, basé sur l’Edge Computing, est beaucoup plus simple à déployer que de recourir à des datacenters. Cela nécessite également beaucoup moins de personnes.

L’objectif de toute institution est de fournir de meilleurs services, plus efficaces et à moindre coût. Le passage croissant d’un modèle basé sur les datacenters à l’Edge Computing permet de plus en plus d’atteindre cette condition. C’est pourquoi il est temps que les services publics adoptent l’Edge Computing.

 

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Le Congrès de la FNCCR
Du 26 au 28 juin 2024
Les Ateliers du Smart Cities Tour Val d'Oise Numérique
Le 10 septembre 2024
Assises de l'IA et des Territoires - 4ème édition
Le 2 octobre 2024