SMARTCITY
2019 © Tous droits réservés
LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

La SEM Liger, du lisier à la cryptomonnaie

Energie

La société d'économie mixte (SEM) Liger de Locminé, dans le Morbihan, est devenue en trois ans une importante unité de méthanisation, couplée à une chaufferie bois. Pas assez pour son truculent directeur, Marc Le Mercier, qui veut créer une monnaie virtuelle locale hébergée par des serveurs verts.

Rimg0
Marc Le Mercier, directeur de SEM Liger © Thibault Dumas

« La méthanisation, ce n’est pas du traitement de déchets, c’est de la création d’énergie. Ça va à l’encontre de toute idée de spéculation ou de mafia », cadre d’entrée Marc Le Mercier, directeur de la société d'économie mixte (SEM) Liger - pour Locminé innovation gestion des énergies renouvelables. Dans la Bretagne des terres et du bocage, du côté de Locminé (Morbihan, 4 300 habitants), cette imposante unité de méthanisation, démarrée en 2016, affiche désormais 60 000 tonnes de valorisation de déchets locaux par an. La transformation en bioGNV permet une injection dans le réseau de gaz ou bien une distribution sur place via la première station GNV ouverte en Bretagne, baptisée Kargreen.

Innovant, mais pas inédit, puisqu’en France la SEML Méthaval le faisait dès 2013 du côté des Vosges. Mais la SEM Liger, qui a coûté 14,5 millions d’euros, « a, elle, réussi à mettre collectivités locales, associations et habitants autour d’une table, pour construire un vrai "centre énergétique" ultra-circulaire, ultra-local [moins de 30 kilomètres de rayon d’alimentation, ndlr] » note Marc Le Mercier. Associée à une chaudière à bois, alimentée par les restes de l’élagage et des scieries (3 500 tonnes l’an), la méthanisation permet outre le gaz de produire de la chaleur verte, de l’électricité, du biofertilisant et du biocombustible.

 

« Ouvrir 100 stations bioGNV dans les trois ans »

Des exemples concrets ? Les camions qui apportent le lisier des champs carburent au bioGNV produit sur place. Près de 6 000 MWh thermiques par an permettent de chauffer et de fournir de l’eau chaude (partiellement) à deux collèges, un lycée, deux salles municipales, une usine et une piscine. Marc Le Mercier et son équipe d’une vingtaine de personnes sont parfois difficiles à suivre… Va désormais pour la création d’une cryptomonnaie locale verte, le "Clean Coin" ! Elle sera versée aux producteurs et consommateurs bretons de biométhane, calculée en fonction de l’émission de CO2 économisée. D’où l’édification « avant la fin de l’année » de deux datacenters à empreinte carbone nulle du côté de Ploërmel (Morbihan).

En cumulant ses Clean Coin, l’usager pourra faire le plein dans une station bioGNV Kargreen. On en compte deux à ce jour, bientôt dix et Marc Le Mercier ambitionne « d’ouvrir 100 stations dans les trois ans ».

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Smart City Expo World Congress
Du 19 au 21 novembre 2019
Salon des maires et des collectivités locales
Du 19 au 21 novembre 2019
Colloque IoT ESEO
Le 21 novembre 2019