SMARTCITY
2019 © Tous droits réservés
LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

L’AMF et Enedis signent pour le développement de la mobilité électrique

Aménagement du territoire

Informer et accompagner les maires et les présidents d’intercommunalités dans leur trajectoire vers une mobilité moins polluante, tel est l'objectif de la convention signée entre les deux parties.

Rimg0
Au centre : Philippe Monloubou, président d'Enedis, et François Baroin, président de l'AMF © Julien Knaub - SIPA Press

Alors que la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) est encore en discussion entre l’Assemblée et le Sénat, l’Association des Maires de France et des Présidents d’Intercommunalité (AMF), qui fédère quelque 34 000 adhérents, et Enedis, gestionnaire du réseau public de distribution d’électricité, ont signé une convention de partenariat qui vise à favoriser le « développement de la mobilité électrique en France ». Paraphée au plus haut niveau par François Baroin et Philippe Monloubou, respectivement présidents de l’AMF et d’Enedis, cette convention prévoit que les deux acteurs mettent en commun leurs efforts pour « informer les collectivités sur la mobilité électrique et les enjeux réseaux associés », « contribuer à l’accélération des initiatives locales favorables à la mobilité électrique » et renforcer le maillage territorial en réduisant la fracture territoriale par le biais de démarches locales de développement en matière de mobilité.

L’objectif de fond de cette coopération, comme le précise le préambule de la convention, est de « répondre aux exigences de la transition écologique, améliorer la qualité de l’air et lutter contre la pollution sonore » grâce à la révolution que connaissent les mobilités. Et ceci, sans perdre de vue des enjeux tels que le rétablissement de l’équité territoriale et le développement de nouvelles intermodalités.
Concrètement, cela se traduira par le renforcement et l’intensification de l’accompagnement que propose Enedis aux maires et aux présidents d’intercommunalités pour le déploiement des bornes de recharge électrique et pour
l’ « électrification » de leur politique de transport.

 

Le mobilité électrique, objectif à enjeux multiples

Un comité opérationnel se réunira à intervalle régulier pour veiller à la bonne exécution de chacun des trois axes de coopération, et notamment des conventions ad hoc signées. Par ailleurs, un comité stratégique national de suivi de la convention se réunira au moins deux fois par an afin de faire le bilan de l’année écoulée et tracer les perspectives de collaboration pour l’année à venir.

« La mobilité électrique représente un enjeu à la fois politique, environnemental, technologique, économique et sociétal (…). En effet, le véhicule électrique est appelé à devenir une composante essentielle des politiques de déplacement des habitants des communes et intercommunalités, y compris et peut être surtout dans les espaces périurbains et ruraux peu denses », a affirmé François Baroin.
Cette convention de partenariat, qui pose un cadre ambitieux d’intentions, ne comporte cependant pour le moment aucun caractère d’obligation ni d’échange financier entre les deux parties. En ce sens, la porte reste ouverte à la souscription ultérieure de conventions particulières.

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Smart Cities Tour à Carcassonne
Le 14 mai 2019
Participation citoyenne numérique : métiers et compétences dans les collectivités
Le 15 mai 2019
Table-ronde Numérique et territoires
Le 15 mai 2019