LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Les RIP s’invitent dans la campagne présidentielle

Réseaux

À l’occasion de la présentation de l’Observatoire 2017 des entreprises intervenant dans les Réseaux d’Initiative Publique (RIP), le Club Numérique et Territoires 2017 a proposé une charte, pour signature, aux candidats à l’élection présidentielle. Une démarche pour les engager sur les questions d’infrastructures, de e-administration ou encore de formation.

Rimg0
Résultats de l’Observatoire 2017 des entreprises intervenant dans les RIP

Réalisé par la Firip (fédération des industriels des réseaux d'initiative publique) et la Caisse des Dépôts (CDC), l’Observatoire 2017 sur les entreprises intervenant dans les Réseaux d’Initiative Publique (RIP) a été présenté le 1er mars. Ces entreprises sont au coeur d'un enjeu majeur pour les territoires : permettre le déploiement de réseaux de communication. 

Près de 20 milliards d’euros, dont 6,5 milliards de financement public, sont prévus pour faire arriver le Très Haut Débit dans 80 % des foyers français. « Un coût relativement faible, quand on le compare aux investissements nécessaires à d’autres infrastructures comme les transports », commente Pierre-Michel Attali, directeur Business Unit Territoires Numériques chez IDATE, qui exposait les résultats de l’Observatoire. Mais sans une accélération, un tel financement ne suffira pas à atteindre les objectifs fixés par le Plan Très Haut Débit

 

Les messages-clés de l’Observatoire 2017

Le dynamisme des territoires en dépend, c’est pourquoi Gabrielle Gauthey, directrice des Investissements et du Développement Local à la CDC, a exhorté la Firip à réaliser « un travail de lobbying auprès des élus pour qu’ils comprennent les enjeux derrière les RIP ». Ces derniers représentent une alternative pour financer le déploiement des réseaux de communication, notamment dans les zones peu denses, au moyen d’un mix technologique.

« Notre département porte dans son ADN le mix technologique, indispensable pour atteindre nos objectifs, témoigne Dominique Leroy, directeur général du syndicat mixte numérique de Seine-et-Marne. La RTTH [la radio, NDLR] nous a ainsi permis de réduire la fracture numérique sur notre territoire. » En 2022, 5 millions de foyers seront connectés de la même façon, sur toute la France, en technologies non filaires.
Autre avantage des RIP souligné par l’Observatoire : ils représentent un levier au dynamisme économique local. Entre 2015 et 2016, près de 8 100 emplois "équivalents temps plein" ont été créés dans la filière, soit une augmentation de 35 % des effectifs. « Il y a une corrélation entre la présence d’un RIP et un taux de chômage plus faible que la moyenne » souligne Pierre-Michel Attali. Reste aux entreprises du secteur à relever un défi : trouver une main d’œuvre qualifiée.

 

Le numérique s'invite dans la campagne présidentielle

Afin de répondre à ce besoin de compétences, le Club Numérique et Territoires 2017 envisage un plan national pour augmenter le vivier d’ingénieurs du numérique. Cette proposition est l’un des éléments principaux de la charte proposée aux candidats à l’élection présidentielle. Ce document renferme une véritable stratégie numérique, touchant aussi bien aux infrastructures réseau qu’à la gouvernance ou à la protection des données. Parmi les propositions de la charte figurent la dématérialisation des procédures administratives, le développement des plates-formes de GRC (Gestion de la Relation Citoyen) pour les collectivités ou encore la mise à disposition d’une fréquence radio gratuite et dédiée à la numérisation des territoires. « Cela correspond à un engagement politique pour l’égalité des territoires » souligne Patrick Larradet, directeur général d’Arteria.
Autre axe majeur soutenu par le Club : le smart grid, avec la prise en compte de l’intermittence des énergies renouvelables, de la flexibilité des consommations, de la gestion des données. « Sur ce sujet, nous souhaitons notamment la promotion de standards au niveau européen pour faciliter les échanges et l’utilisation des informations » a indiqué François Blanc, directeur du programme Numérique d’Enedis. À la suite de ces propositions, Pierre Cohen, représentant Benoît Hamon, Gaël Duval, représentant d’Emmanuel Macron, Lionel Tardy, représentant de François Fillon et Nicolas Dupont-Aignan ont réagi brièvement. Pour l’instant, aucun candidat n’a signé cette charte.

 

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Smart Cities Tour - Arras
Le 16 février 2021
Smart Cities Tour - Angers
Le 23 mars 2021