LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Le Cerema s’engage pour lutter contre la surchauffe urbaine

surchauffe urbaine

L’établissement public entend renforcer son dispositif d’accompagnement et de soutien aux collectivités souhaitant mettre en place des solutions pour lutter contre les phénomènes d’îlots de chaleur urbains. Avec l’élévation continue des températures en été, cette problématique est en effet de plus en plus prégnante dans les agglomérations.

Rimg0

Le Cerema (centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) a décidé de s’impliquer davantage dans la lutte contre la surchauffe urbaine. Cet établissement public au service des collectivités, qui œuvre sous la tutelle des ministères de l’environnement et du logement, vient de rédiger un guide (publié par l’Ademe) sur les solutions permettant de rafraîchir les villes. En effet, les analyses climatiques de Météo France, montrant une augmentation significative de la température moyenne estivale, laissent présager d’importants effets en milieu urbain. Le phénomène de surchauffe urbaine (plus précisément d’îlots de chaleur urbains) se manifeste par un rafraîchissement nocturne limité par rapport aux zones rurales et provoque du stress thermique (particulièrement impactant pour les personnes les plus fragiles).

 

Plusieurs causes principales ont été identifiées : la prépondérance de sols minéraux et la rareté de végétation et d’eau, la forme urbaine qui limite la circulation de l’air et favorise le piégeage du rayonnement solaire, les matériaux utilisés qui emmagasinent la chaleur la journée et la restituent la nuit, et bien sûr le dégagement de chaleur issu des activités humaines. Pour les collectivités, la mise en place de stratégies de lutte contre la surchauffe urbaine s’inscrit donc dans le cadre plus global de l’adaptation au changement climatique. « Il y a maintenant une réelle volonté des agglomérations pour travailler sur ces sujets, nous l’avons d’ailleurs constaté lors des dernières campagnes électorales », explique Marjorie Musy, responsable de l'équipe de recherche Bâtiments performants dans leur environnement au Cerema, « des solutions existent mais il est important de choisir celles qui sont le plus adaptées au contexte local et de bien réfléchir à leur mise en œuvre ».

 

L’ouvrage publié par l’Ademe répertorie notamment des solutions vertes, comme la création de parcs, de zones enherbées, de façades végétalisées ou encore d’ouvrages paysagers favorisant l’évaporation des eaux de pluie. Mais d’autres solutions existent, comme celles reposant sur la prise en compte de la forme urbaine, du mobilier urbain, des revêtements, ou encore celles relevant des comportements des citoyens et de la gestion de la ville (réduction du trafic routier et des moteurs thermiques, limitation de la climatisation, adaptations individuelles et sociétales aux fortes chaleurs).

 

Combiner les solutions

« Nous préconisons souvent de combiner diverses solutions et de les adapter à chaque espace », poursuit Marjorie Musy, « par exemple, le choix des matériaux ne sera pas le même pour équiper un lieu surtout occupé le soir ou un espace essentiellement utilisé en journée ». D’autre part, pour être efficaces, ces solutions doivent s’intégrer dans une approche systémique du développement durable. « En ce sens, les collectivités sont déjà préparées car l’action sur le développement durable induit de l’interdisciplinarité », souligne Marjorie Musy, « mais aujourd’hui elles doivent décloisonner encore un peu plus ».

 

Outre la rédaction du guide avec l’Ademe, le Cerema lance une nouvelle série de fiches basées sur des retours d’expériences menées par des collectivités en matière d’adaptation de l’espace urbain au changement climatique (la première fiche présente l’aménagement de la place de la gare Part-Dieu à Lyon pour limiter l’effet d’îlot de chaleur). Par ailleurs, une plateforme collaborative destinée à favoriser l’intégration des solutions vertes dans l’aménagement des villes est en production dans le cadre du projet européen H2020 Nature4Cities dont fait partie le Cerema.

 

Enfin, l’établissement public est actuellement engagé dans plusieurs initiatives locales. Citons par exemple le projet de recherche CoolParks à Nantes qui vise à mesurer la chaleur dans les parcs de la ville et à en tirer des conclusions sur la façon dont ils sont aménagés. Notons également que, dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt « Démonstrateurs de la ville durable » initié par la caisse des Dépôts et Consignations (et financé par le plan France Relance), le Cerema est à la recherche de collectivités souhaitant tester des solutions, notamment en matière de choix de matériaux sur les façades.

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Les rencontres des datacenters, des territoires & des données souveraines
Le 24 mars 2022
Assises Européennes de la Transition Energétique
Du 31 mai au 2 juin 2022