SMARTCITY
2019 © Tous droits réservés
LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Smart city connectée et résiliente, au royaume des injonctions contradictoires

Numérique

Une tribune rédigée par Vincent Courboulay, maître de conférences HDR à La Rochelle Université, directeur scientifique de l'Institut du Numérique Responsable.

Rimg0

Le rôle des élus est d’inscrire leur territoire dans une politique qui aura encore du sens dans trente ans ; ils doivent aujourd’hui faire face à une double injonction. La première se fait chaque jour plus pressante : elle consiste à inscrire les collectivités dans une démarche durable afin de permettre aux citoyens d’espérer vivre dans un territoire résilient. De nombreux exemples existent : territoires zéro chômeur, déchet, carbone, etc…
La seconde injonction consiste à faire de nos territoires des villes ultra-connectées et servicielles, connectant des volumes énormes de donnéespour améliorer lesdits services, toujours plus déshumanisées et soi-disant garants d’un futur radieux. Notre monde qui paraissait immuable, s’effondre pour laisser place à un nouveau, tourné vers le durable et le numérique. Dans les deux cas, la plupart des citoyens et élus sont seuls, tant les changements sont rapides.


Le poids du numérique

Vincent Courboulay, maître de conférences HDR à La Rochelle Université, directeur scientifique de l'Institut du Numérique Responsable

Aujourd’hui, rares sont ceux qui osent remettre en question la nécessité d’œuvrer en faveur de territoires durables. Encore plus rares sont ceux qui connaissent les réels impacts du numérique sur leur bilan environnemental. Et pourtant… Les derniers chiffres font état d’une contribution mondiale du numérique à environ 5 % des émissions des gaz à effet de serre et à presque 10 % de la consommation énergétique. Autant que l’aviation civile pour le premier chiffre, et en augmentation régulière pour le second. Gros consommateur donc, sans pour autant que des règlementations ne lui imposent des remédiations. Et je ne parle pas des impacts environnementaux, sociaux et géopolitiques liés à l’extraction des matières premières, à la fabrication des matériels jusqu’à la gestion de leurs déchets.
Mais ce n’est pas tout. Face à des défis sociétaux tels que l’intelligence artificielle, la robotique ou la voiture autonome, les collectivités sont confrontées à des injonctions d’excellence et sont démunies face à leurs conséquences. Dans tous ces cas, une image idyllique présente ces technologies vertueuses pour l’environnement, voire nécessaires pour diminuer les émissions globales de gaz à effet de serre. Mais aucune preuve n’a jusqu’à maintenant été apportée.
A l’inverse, Intel annonce que le volume de données générées chaque jour par une voiture autonome sera de 4To. Le MIT déclare que tout entraînement de modèle d’intelligence artificielle émet autant d’émissions de gaz à effet de serre que 5 voitures pendant toute leur vie. Certains chercheurs présentent une vision particulièrement pessimiste de la robotisation des sociétés. Des études annoncent une perturbation de l’ordre de 30 % des prévisions météos en cas de déploiement massif de la 5G, et la liste est longue. Est-ce cela, la smart city résiliente et connectée souhaitée par les élus ? On peut en douter.


Quelles solutions ?

Compte tenu des enjeux évoqués précédemment, apporter des réponses concrètes et surtout complètes à ces questions est crucial. Quelles technologies numériques vont consommer le moins de ressources sur leur cycle de vie complet ? Quelles technologies vont vraiment être utiles aux citoyens et œuvrer à un monde plus durable, ici, en Europe, mais globalement dans un monde fragile sans frontière ?
Quelques concepts émergent malgré ces chants de sirène : low tech, sobriété, résilience, coût total de possession, analyse du cycle de vie… Des acteurs tant publics que privés s’en emparent et en font un vecteur de développement de leurs territoires, voire de leurs modèles économiques.
Aujourd’hui nous sommes à la croisée des chemins ; sobriété numérique et high tech peuvent encore être conciliables, c’est ce que l’on appelle le numérique responsable. Nous sommes donc à l’heure du choix. Or, ne pas choisir reviendrait de facto à choisir un futur high tech chimérique et qui nous conduirait encore plus rapidement dans une impasse. Une impasse connectée peut-être, mais une impasse quand même.

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Smart Cities Tour à Nevers
Le 23 janvier 2020
Assises Européennes de la Transition Energétiques
Du 28 au 30 janvier 2020