SMARTCITY
2019 © Tous droits réservés
LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Sables d'Olonne : un élu à l'innovation, la smart city et la ville de demain

Smart city
H_1
Alain Blanchard, élu à l'innovation, la smart city et la ville de demain aux Sables d’Olonne © Thibault Dumas
Je fais tous les jours le traducteur

En janvier dernier, la ville des Sables d'Olonne (Vendée) a, à la fois, fusionné avec deux communes voisines et créé un poste inédit d'élu à l'innovation, la smart city et la ville de demain. Interview du premier concerné, le conseiller municipal Alain Blanchard.

Pourquoi cette dénomination inédite "smart city" dans votre délégation ?

Pour être honnête, on n’a pas cherché si ça existait ailleurs [rires]. L’idée c'était d'avoir un marqueur, une ambition à moyen ou long terme pour une ville qui commence à se développer. Mais on a un mandat raccourci d'une année avec la ville fusionnée au 1er janvier dernier [et les municipales en 2020]. À court terme donc, on développe une application, qui permettra d'avoir un échange direct au quotidien avec le citoyen, le touriste. Voire entre les services de la ville, pour une gestion administrative améliorée du quotidien. C’est aussi, concrètement, de déployer la fibre sur l'ensemble du territoire, en lien avec Orange. Ça paraît facile, mais ça pose des problèmes dans chacune des rues où on doit passer.

 

À quoi ressemble votre travail d’élu à la "smart city ?

C’est une délégation très transversale. Elle va toucher la vie des citoyens, qui indiquent des problèmes dans l’espace public. Des commerçants, qui souhaitent se faire référencer/connaître. Ou le champ culturel : informations sur des spectacles, réservations de places, etc. On touche aussi à la prospective dans tous les domaines d'actions de la commune. Donc j'ai effectivement à échanger avec tous les autres élus ou des professionnels aussi nombreux que différents. C’est particulièrement enrichissant.

 

Ça fait écho à votre parcours personnel, vous avez été assistant parlementaire et en même temps vous êtes cadre dans le numérique...

Peut-être que oui. Par ce biais, je me suis rendu compte que partout en France il y a quelque chose de peu abouti dans la strate de population de la ville des Sables d'Olonne. En plus, c’est une station balnéaire avec quasiment cinq fois plus d'habitants l'été. Et on ne se rend pas compte à quel point la transition numérique bouleverse tous les métiers. Je dispose de ces deux expériences complémentaires, dans les collectivités locales et les entreprises. Ce n'est pas évident tous les jours parce qu'il y a toujours un domaine qui va plus vite que l'autre, sur la création d'une zone économique spécifique par exemple. Chacun ne parle pas exactement la même langue. Mais moi, j'essaie de faire tous les jours le traducteur.

 

Les contraintes propres aux Sables d'Olonne – ville saisonnière donc, mais aussi portuaire et nouvelle, avec 43 000 habitants – amènent-elles des solutions spécifiques ?

Déjà, la ville nouvelle change l’échelle d'interaction avec les services municipaux : les besoins sont plus importants que ceux envisagés au départ. Sur une application municipale, un vacancier veut aussi des services très différents d’un résidant à l'année. On travaille aussi sur les ports – de pêche, de commerce et de plaisance – connectés. Récemment une entreprise locale, Kara Technology, a construit un bateau autonome intelligent. Il est en mesure de sortir en mer, de revenir seul et d'envoyer des informations en temps réel à terre. Demain il y aura peut-être sur tous les bateaux une interface avec [la capitainerie du port], qui indique par exemple automatiquement le nombre de litres d’essence à bord. Les marins vous diront que ce n'est plus de la navigation ! Il peut aussi y avoir des services connexes : je suis à Nantes ou Paris, et je fais une réservation dématérialisée pour un bateau ou un emplacement.

 

Mais au-delà du port ?

On doit réfléchir à nos consommations d'énergie sur les bâtiments publics. Il y aussi l’éclairage public, les places de parking en temps réel, etc. Sur une ville qui croit de centaines d’habitants par an [350 jusqu’en 2016 selon l’INSEE], le ramassage des déchets est un enjeu de plus en plus fort. Tout comme le désengorgement de la circulation automobile. On souhaite par exemple rendre disponible en temps réel la position d’un bus ou le calcul d’un trajet. Ça peut paraître simple, mais c’est une refonte complète à faire en peu de temps pour nous ! Car hier on réfléchissait encore à l’échelle d’une population de 15 000 habitants. Il y a aussi Numérimer, une initiative de chefs d'entreprise des Olonnes. Aujourd'hui, ce sont des locaux pour les entreprises du numérique, les jeunes pousses et la formation aux métiers de demain dans le digital. Une association de réflexion, aussi.

Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
ITS4Climate
Du 17 au 19 septembre 2019
Smart City Day
Le 19 septembre 2019
LH FORUM 2019
Du 26 au 28 septembre 2019