LE MAGAZINE DES VILLES ET DES TERRITOIRES CONNECTÉS ET DURABLES

Le CNRS va accompagner Singapour dans son projet « smart nation »

Technologie

Optimiser le réseau d’électricité, anticiper les besoins futurs des réseaux de transport, faire circuler des drones de livraison… Le CNRS vient de lancer un programme dédié à l’intelligence artificielle hybride sur 5 ans, à Singapour.

Rimg0

Dans le pays asiatique de 5,6 millions d’habitants, de nombreux projets de smart cities ont déjà été lancés. Ils consistent à récolter des données générées par des capteurs, afin de connaître notamment la pollution de l'air, l'état du trafic en temps réel ou d’alerter sur des accidents (lire SCM N°3). Mais la « cité-Etat » veut aller plus loin. L’idée : pousser le concept de smart city à son paroxysme pour devenir une « smart nation. » Comment ? En permettant les interactions entre les différentes entités, bâtiments ou systèmes, en temps réel. Et ce grâce à la digitalisation ainsi qu’à des méthodes d’intelligence artificielle « hybrides », c’est-à-dire associées notamment à de l’ingénierie, dans le but de favoriser la prise de décision immédiate.

 

« Fluidifier la circulation de drones-taxi »

Pour ce faire, le CNRS vient de lancer le programme « DesCartes », doté de 35 millions d’euros pendant 5 ans. Sélectionné par la Fondation Nationale pour la Recherche de Singapour, il est basé sur le hub international de recherche, le campus Create (Campus for research excellence and technological entreprise). « Le but du projet Singapour est de penser et concevoir une smart city interconnectée avec des caractéristiques qui révolutionneront le concept des villes intelligentes », a déclaré Francisco Chinesta, directeur du programme DesCartes et directeur scientifique d’ESI Group. Les recherches qui seront issues du programme seront notamment appliquées à la mobilité urbaine, à la gestion de l’énergie, à l’anticipation des besoins de futurs réseaux de transport, à l’industrie ou encore aux immeubles connectés.

 

« Nous envisageons par exemple de développer des solutions pour optimiser l’offre à la demande du réseau d’électricité, ou des solutions pour fluidifier la circulation de drones-taxi ou de drones de livraison, mais également de développer une maintenance prédictive intelligente appliquée aux outils industriels », a pour sa part précisé Dominique Baillargeat, directeur du campus Create.

 

13 universités et écoles françaises participent au projet

Aux côtés du CNRS, le projet implique 13 universités et grandes écoles françaises telles que l’Université Paris-Saclay, Toulouse Paul Sabatier, Lyon III Jean Moulin ou encore l’École Nationale de l’Aviation Civile. À Singapour, trois universités sont aussi parties prenantes.

 

Ces acteurs travaillent également avec l’agence nationale singapourienne de R&D, A*Star, et cinq partenaires industriels : le centre technique des industries mécaniques (Cetim), EDF, le groupe électrique Thales, Aria (spécialisé dans la modélisation numérique de la qualité de l’air), ainsi que le groupe ESI (spécialiste du prototypage virtuel pour les industries). « L’ensemble des partenaires de ce projet a pour objectif de faire de Singapour, une ville nouvelle éthique, responsable et sécurisée », résume Francisco Chinesta.

A lire aussi
Le magazine
Contact annonceurs

Christine Doussot, directrice de clientèle
christine.doussot@smartcitymag.fr
Tél. + 33 7 69 21 82 45

RECEVOIR LA NEWSLETTER
Agenda
Ruralitic
Du 23 au 25 août 2022
Tournée de la Transition Energétique - Clermont Ferrand
Le 13 septembre 2022
SIBCA
Du 22 au 24 septembre 2022